Archives de l’auteur Patrick Jonniaux

ParPatrick Jonniaux

Esperanzah! 2018

Début août, nous étions à Esperanzah! pour parler de la campagne TAM TAM. L’occasion de diffuser les trois capsules vidéos développées lors de la première saison et surtout de faire le lien avec le thème du festival : « Le déclin de l’empire du mâle ».

ambiance esperanzah 2018

A chaque fois, le constat ne rate pas : que ce soit au niveau de la santé, de la justice ou encore du marché de l’emploi, les femmes sont parmi les premières victimes des politiques néo-libérales : soins de santé repoussés, inégalité salariale, temps partiels contraints, etc. Preuve supplémentaire qu'aujourd’hui encore, les luttes féministes restent indispensables.

citations-01-01-01

 

citations-01-01« Faire péter le patriarcat en même temps que le capitalisme » (Emma)

Cette animation à Esperanzah! nous a aussi permis de creuser davantage le sujet et d’en apprendre un peu plus sur les réflexions et actions de féministes, parmi lesquelles...

avec noms de femmes esperanzah 2018

 

 

ParPatrick Jonniaux

Steenrock 2018, suite sans fin…

Quelques jours avant le traditionnel festival « Steenrock », Tout Autre Chose diffusait sur les réseaux sociaux et par mail une vidéo, une fiction expliquant que les bâtiments de la RTBF et VRT, bientôt vides vu leur futur (réel) déménagement, allaient sans doute se transformer en centre fermé pour familles de migrants. Les premières minutes semblent avoir été crédibles pour de nombreuses personnes scandalisées. Une vidéo choc pour dénoncer la dérive de la triste réalité d’aujourd’hui : toujours plus d’enfermement, toujours moins de droits, même si cela n’aura pas lieu dans les bâtiments des télévisions du service public. Cette vidéo, vue plusieurs dizaines de milliers de fois, a aussi été diffusée dans des écoles, des théâtres (avant des spectacles) dans un but de sensibilisation. Sommes-nous choqués parce que cela aurait lieu à Bruxelles ou choqués tout court ? Que visons-nous ? La fin des centres fermés !

https://www.toutautrechose.be/evenement/bye-bye-reyers

Le samedi 5 mai, déjà tôt le matin, des membres de Tout Autre Chose et Hart Boven Hard s’attellent à gonfler des ballons blancs, rouges et noirs. Au bout, une carte « Don’t let humanity fly away ! Hold it tight ! », une idée d’un autre groupe de citoyens engagés pour les migrants. Ces ballons seront distribués sur le chemin jusqu’au Steenrock pour discuter avec les passants et leur demander… de ne pas lâcher cette humanité qu’on leur donne entre les mains. Plusieurs dizaines de personnes se rassemblent pour écouter le discours d’une personne sans-papier. Les vélos partent en premier, ensuite les marcheurs, une dizaine de kilomètres les attendent. Oui les centres fermés sont assez cachés mais tout près de nous.

Sous un soleil puissant, la colonne de vélos suit notre guide Olivier mais… est arrêtée dès l’arrivée dans la commune de Zaventem par… un combi de police ! En effet, alors qu’une négociation avait été faite pour le trajet avec la police bruxelloise, celle de Zaventem semble ne pas avoir reçu la bonne information de cette dernière et nous oblige à suivre un autre chemin, encadrés par des motards et un autre combi qui ne manquera pas de rouler sur les pistes cyclables.

 

Certains s’arrêteront au point de rendez-vous à la gare de Nossegem, d’autres continueront jusqu’au village de Steenokkerzeel où des membres de Hart Boven Hard Vilvoorde nous ont préparé une rencontre avec un réfugié syrien (qui parlait très bien néerlandais !).

Du côté des marcheurs, l’ambiance est au rendez-vous ! Les quelques deux heures nécessaires pour rejoindre le festival seront l’occasion de chouettes discussions avec les passants. On y parle Steenrock et cause des migrants. On échange aussi sur notre humanité commune, qu’il faut veiller à préserver.

Arrivés dans le champ en face du centre 127bis, des stands nous accueillent, de l’information, de la sensibilisation. Sur scène, la musique commence ainsi que des discours. Des militants, de témoins mais aussi ceux (dont des parlementaires) qui ont pu visiter les centres (dont la nouvelle aile bientôt finie prévue pour les familles). Une parlementaire assumera de dire que les conditions de détention sont mauvaises, qu’il faut les améliorer mais que les centres sont nécessaires. Le public hue… Comment est-ce possible ? On tape sur les grilles, on écoute un témoignage par téléphone diffusé dans les enceintes d’une personne à l’intérieur du centre. Petit à petit, chacun repart, en silence… Les ballons et l’humanité sont entre les mains d’encore plus de personnes que l’on espère plus conscientes de ces droits bafoués.

ParPatrick Jonniaux

Non à un nouveau centre fermé…

charleroi_citoyens_solidaires

Espérer une vie meilleure n’est pas un délit!

Rejoignez notre action ce dimanche 30 septembre. Pour refuser la construction de nouveaux centres fermés, à Jumet et ailleurs. Pour promouvoir la solidarité avec celles et ceux qui ont fui la guerre, la misère ou l’oppression dans l’espoir d’une vie meilleure.

Au programme: Rassemblement et marche solidaires, prises de parole, slam, musique, graffs et théâtre action.

Le gouvernement fédéral affirme vouloir une politique d’accueil des migrants «ferme mais humaine». En même temps qu’il veut réduire le nombre de places d’accueil pour les demandeurs d’asile, il annonce sa volonté de construire trois nouveaux centres fermés pour étrangers. On voit la fermeté… mais où est l'humanité?

L’un de ces centres fermés verrait le jour à Jumet, près de l’aéroport. Avec une capacité de 200 places, il serait le plus grand de Wallonie. Interpellé.e.s par les conditions de vie infra-humaines imposées aux sans-papiers, des citoyens et des citoyennes se mobilisent:

Pour dire NON à l’enfermement
Pour dire OUI à la justice et à la solidarité
Pour dire STOP à la criminalisation des migrants toujours plus affirmée par le gouvernement fédéral

Contactez-nous, rejoignez-nous!

Contact: SolidariteCharleroiMigrants@gmail.com

Sur FB

Rassemblement Station de métro "Madeleine" à Jumet (Charleroi) le 30 septembre à partir de 14 heures.

AVEC LE SOUTIEN DE :

FGTB Charleroi-Sud-Hainaut, MOC-CIEP Charleroi-Thuin, CSC Charleroi-Sambre & Meuse, Marche des migrants de la région du Centre, Gauche anticapitaliste, Groupe montois de soutien aux sans-papiers, CNCD-11.11.11, Tout autre chose, Hart boven Hard, Humans Welcome, ...

ParPatrick Jonniaux

POUR une complémentarité utile et nécessaire

logo_pour

Appel à nos compagnons de route

Oui, comme vous, nous sommes partie prenante de Tout Autre Chose.

Nous sommes également actifs dans un projet de presse pluraliste : pour écrire la liberté.

C’est une complémentarité utile et nécessaire dans la situation politique que nous connaissons.

Pour nous, créer une presse libre, sans publicité, sans dépendance ni lien financier avec les forces capitalistes et les partis qui nous gouvernent, est une condition sine qua non de liberté.

Une presse n’est libre que si elle n’est soutenue financièrement que par ses lecteurs.

Aussi, nous faisons appel à vous, membres de Tout Autre Chose, pour que cette presse libre puisse se développer.

En effet, si nous avons déjà une très grande audience sur les réseaux sociaux(66.000 abonnés Facebook qui partagent fréquemment notre contenu), de multiples vidéos aux millions de vues, un très grand nombre de chroniqueuses et chroniqueurs de qualité, et plus de 700 articles disponibles sur le site www.pour.press, nous avons pourtant besoin de votre participation.

POUR_20180905

Vous êtes fréquemment actif dans les luttes sociales, économiques ou culturelles ? Devenez correspondant (vidéo, audio, écrit...).

Sans la capacité de renforcement de nos structures, aucune pérennité d’un tel projet n’est possible.
Nous vous proposons d’être, vous aussi, porteurs de ce projet, d’être acteurs de changement face à la presse mainstream.

Pour 4€ par mois, qui est l’abonnement privilégié que nous proposons uniquement aux membres de Tout Autre Chose (ou 48€/an en lieu et place des 60€ habituels), vous pouvez contribuer à développer vos libertés, nos libertés.

Cette offre aux membres de Tout Autre Chose est valable jusqu’'au 30 septembre 2018.

A vous lire rapidement,

La rédaction de POUR

OUI_POUR-01

 

ParPatrick Jonniaux

Parlons justice

logo_asm_3

Parlons justice !

Trois ans après la manifestation du monde judiciaire au palais de justice de Bruxelles du 20 mars 2015, l’ASM a décidé de lancer ce printemps un vaste programme intitulé « Parlons justice ! ».

Le 22 mars dernier, les magistrats se rassemblaient à Bruxelles pour manifester leurs craintes et leur colère face à des mesures gouvernementales qui vont à l'encontre de la démocratie et des piliers de notre société. Ecoutez Manuela Cadelli à ce sujet sur le site du journal POUR.

L’idée est de proposer aux citoyens dans chaque arrondissement – et dans les cantons – des rencontres d’information et d’explications des principes fondamentaux de la justice et des périls qui les menace.

Dans ce cadre un série de débats citoyens sont programmés... A Namur, Gembloux, Liège et Charleroi durant les mois d'avril et mai...

19 avril : Quel futur pour la Justice ? - Charleroi

19 avril : Les droits fondamentaux, un chef-d'oeuvre en péril ? - Liège

20 avril : Justice belge : service public ou entreprise rentable ? - Namur

3 mai : La justice est-elle devenue un bien de luxe ? - Gembloux

3 mai : la Justice : une entreprise rentable et / ou un service public ? - Liège

15 mai : Les avocats libres de défendre au mieux les intérets de leurs clients et des magistrats obligés de se taire ? - Liège

17 mai : Une justice proche de vous et acessible ? - Liège

23 mai : Un juge d'instruction, cela sert à quoi ? - Liège

 

 

ParPatrick Jonniaux

Manifestation contre le racisme

sujet 3bisManifestation nationale contre le racisme : samedi 24 mars après-midi

Le monde associatif, mouvements et citoyens francophones et néerlandophones se réunit à l’occasion de la Journée internationale contre le racisme et la discrimination.

Le samedi 24 MARS 2018, ils organisent une manifestation nationale à Bruxelles.

Ensemble, nous luttons contre la haine et l’agression, contre la discrimination, le racisme et les inégalités. Hart Boven Hard et Tout Autre Chose soutiennent cette marche importante dans le contexte actuel.

Après les milliers de manifestants présents le 25 février au Parc Maximilien, combien serons-nous le 24 mars ?

Rendez-vous à la Gare du Nord à 14h, fin prévue à 17h

Texte et revendications : https://www.facebook.com/pg/PF2103/about/?ref=page_internal

sujet 3

ParPatrick Jonniaux

Loi Anti Squat

Loi anti-squat : soutien au recours et aux actions (dont 21 mars)

Fin de l’année passée, une loi fédérale a été votée pour désormais criminaliser les occupations de bâtiments vides. Tout Autre Chose s’était clairement positionné contre cette nouvelle loi attaquant les plus démunis et liberticide.

www.toutautrechose.be/locales/bruxelles/squats-une-nouvelle-loi-contre-les-plus-demunis

Notre mouvement était également organisateur de l’action le jour du vote à la Maison des Parlementaires que nous avons « squattée » pour dénoncer ce recul des droits sociaux.

sujet 1

Et les actions continuent ! Si vous souhaitez créer et mettre une bannière « contre la loi anti-quat » sur votre bâtiment, c’est possible! Il y en a plusieurs stockées à « Allée du Kaai » (felix@toestand.be). Un appel à don est également lancé pour financer le recours à la Cour Constitutionnel qui va bientôt être déposé par de nombreuses associations dont le RBDH, 123, RWLP, BAPN, la Febul, Netwerk tegen Armoed, Vlaams Huurders Platform, … Cela permettra aussi de financer les actions qui suivront. Tout Autre Chose a déjà fait son don mais n’hésitez pas à y participer également en faisant un virement sur le compte de notre mouvement : BE60 5230 8078 1170 avec la communication « soutien action loi anti-squat (+ nom du collectif éventuellement) »

Rdv pour une des actions, la manifestation du mercredi 21 mars à 18h à la Place Bara (Anderlecht) : https://www.facebook.com/events/1848208551917366/

ParPatrick Jonniaux

Human wave

human_waveSolidarité avec tou.te.s les migrant.e.s !

Après la politique de ‘opkuisen’ (nettoyage) du gouvernement dans le parc Maximilien et le renvoi de réfugié.e.s au Soudan malgré le risque de torture, le gouvernement fédéral souhaite à présent légaliser les perquisitions à domicile où résident les étranger.e.s ayant reçu un ordre de quitter le territoire mais également chez les citoyen.ne.s qui hébergent les migrant.e.s pour éviter qu’elles/ils ne doivent dormir dehors. Il s’agit là d’une attaque envers nos valeurs fondamentales mais aussi envers le travail formidable des citoyen.ne.s hébergeu.r.se.s réuni.e.s au sein de la Plateforme Citoyenne de soutien aux refugié.e.s du Parc Maximilien.

Le gouvernement tente de diviser les gens en criminalisant les personnes qui fuient les guerres, la répression, la misère, le racisme, le sexisme, l’homophobie, la trans-phobie, les conséquences du changement climatique ... en les présentant comme une menace terroriste ou une menace pour la sécurité sociale. Alors que les migrant.e.s ne représentent pas un danger, mais le fuient et qu'elles/ils sont des contributeurs nets au budget de la sécurité sociale. Nous pensons qu’il ne s’agit là que d’une énième tentative de creuser un peu plus le clivage entre les défenseu.r.se.s d’un accueil humain et les représentant.e.s d’une politique migratoire ferme ou fermée.

Le 13 janvier, nous étions déjà 8.000 dans les rues pour réclamer la démission de Theo Francken et dénoncer les expulsions de soudanai.se.s opérées sans garantir toutes les précautions requises par la convention européenne des droits humains.
Dimanche 21 janvier, en à peine 2 jours, nous étions plus de 3000 à former une chaîne “humaine mais ferme” pour nous opposer à une grande opération policière. La police n’a pas approché les lieux et nous avons prouvé que la mobilisation des citoyen.ne.s (avec ou sans-papiers) est plus forte.

Pour toutes ces raisons nous allons une nouvelle fois nous exprimer et manifester notre colère contre la politique du gouvernement qui traite les migrant.e.s comme des criminel.le.s et menace les droits fondamentaux de tou.te.s !

Le dimanche 25 février à 14h00 à la Gare du Nord de Bruxelles, soyons encore plus nombreu.x.ses !

Nous réclamons :

  • Non à l'instrumentalisation de l'appareil policier par le politique pour cibler le monde associatif, social et culturel. Liberté pour Jiyed et Mounir arrêtés à Globe Aroma !
  • La solidarité n’est pas un crime : non au projet de loi permettant les perquisitions à domicile chez les personnes sans-papiers et les citoyen.ne.s solidaires.
  • On ne quitte pas son pays, sa famille et ses proches par plaisir : les causes des migrations forcées doivent être prises en main et les personnes fuyant la guerre, la misère, le réchauffement climatique et la répression doivent pouvoir être accueillies et protégées.
  • Stop aux “torture deals” : respect de l’article 3 de la Convention européenne des droits humains qui interdit l’expulsion d’une personne vers un Etat où elle risque d'être soumise à la torture et donc de cesser immédiatement le renvoi des migrant.e.s vers des pays où le risque est manifeste comme le Soudan.
  • Régularisation des sans-papiers et droits égaux pour tou.te.s afin également d'éviter le dumping social et de soutenir les revendications de la Coordination des sans-papiers de Belgique !
  • Safe passage : l’ouverture de couloirs humanitaires permettant aux réfugié.e.s de venir en Europe de manière sûre et légale.
  • Activation de la close de souveraineté permettant la suspension du règlement de Dublin et le respect des engagements de relocalisation pris par la Belgique.
  • Pour une politique migratoire hospitalière et respectueuse des droits fondamentaux !

Evénement FB pour marquer votre soutien

ParPatrick Jonniaux

Tout Autre Chose en chanson

Tout Autre Chose en chanson

Laurence Vielle, "poétesse nationale", comédienne, auteure... nous offre une chanson...

Pas un hymne... une envie... un plaisir... une émotion...

Je l'ai écoutée dix fois aujourd'hui... chaque fois j'y ai entendu autre chose... Tout Autre Chose...

C'est juste délicat... sensible... doux...

Profitez et partagez...

 

A la voix et l'écriture en français, Laurence Vielle, à la musique et voix, Vincent Granger, voix et écriture en néerlandais, Charles Ducal.

Cette chanson et d'autres fait partie du livre-cd domo de poezia, editions maelström.

Cité parce que c'est normal de soutenir la création...

poezia-laurence vielle

ParPatrick Jonniaux

FrisKot

banniere friskot

LE PROJET

Sensibiliser différents publics aux inégalités et agir localement en mettant en place une initiative de frigos partagés pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

LUTTER CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE

C’est de cette envie commune de favoriser la mise en place d’alternatives citoyennes et militantes au sein de la ville de Liège et du quartier Saint-Léonard qu’est née l’idée des frigos partagés. Le projet est mis en place et soutenu par la FGTB Liège.

En Wallonie, 23 kg de nourriture sont gaspillés par personne et par an. Outre une perte financière estimée à 174 euros par an par ménage, le gaspillage alimentaire représente 16 % des déchets ménagers.

Face à ce constat, des initiatives de frigos partagés ont vu le jour de Berlin [en savoir plus], à Londres [en savoir plus], en passant par la Belgique [en savoir plus].

POURQUOI UN KOT-À-PROJET JEUNES FGTB ?

Il existe à Liège un problème de qualité des logements étudiants disponibles sur le marché. Alors que l’offre publique de logement pour étudiants est assez peu présente, l’offre privée présente parfois des conditions de logements déplorables : logements vétustes, chers, mal équipés,…

En outre, le phénomène des kots de luxe prend une ampleur considérable. Sauna, salle de fitness, terrasse avec vue panoramique, ces logements de standing aux prix élevés s’inscrivent loin de l’idée d’accessibilité au plus grand nombre que nous souhaitons défendre.

En partenariat avec « les Tournières », coopérative liégeoise d'investissements éthiques et solidaires dans l’immobilier, les Jeunes FGTB veulent promouvoir l’engagement militant et permettre aux futurs étudiant-e-s participant-e-s l’occasion de devenir des acteur-trice-s critiques, solidaires et responsables de la société tout en développant des compétences en parallèle de leurs études (gestion de projet, travail en équipe, insertion dans la vie associative,…)

frigo1-01UN FRIGO PARTAGÉ

Un ou plusieurs frigos accessibles à toutes et tous dans l’espace public ou dans un espace privé rendu ouvert dans lequel chacun peut venir y déposer ses excédents alimentaires ou chercher ce qui lui manque.

Les frigos partagés sont une réponse économique et écologique pour faciliter le partage et l’échange entre habitants du quartier, lutter contre le gaspillage alimentaire et promouvoir des valeurs de solidarité et de vivre-ensemble en sensibilisant aux causes structurelles des inégalités. L’espace au rez-de-chaussée du bâtiment qui abritera les kots pourrait parfaitement se prêter à la mise en place d’un tel projet.

De septembre 2017 à juin 2018, les kotteurs se donneront la mission de mettre en place le projet des frigos partagés et ensuite d’en assurer la gestion de manière autonome.

 

Le site web du friskot...

Le FB du friskot Suivez les.... et partagez..

banniere 25 fevrier