L’appel de Tout Autre Chose

Voici l’appel que nous vous invitons à signer
à la suite de 14196 personnes

STOP! Les idées de solidarité, de consensus et de concertation sont remises en question. Le seul horizon qui nous est désormais imposé est celui de l’austérité. Comme si, au nom d’une prétendue rigueur, il n’y avait d’autre solution que de rogner dans les salaires, les pensions, les services publics, la culture, la recherche scientifique, l’aide au développement… Comme si, au nom de la sécurité, il n’y avait d’autre choix que de diminuer nos libertés, de nous monter les uns contre les autres et de nous mettre sous surveillance. Comme si, au nom de la sacro-sainte compétitivité, la seule option était de détricoter notre modèle social et de reporter à plus tard les défis environnementaux et climatiques. Comme s’il n’y avait pas d’alternative.

Aujourd’hui, nos gouvernants accélèrent la destruction de cette cohésion qui fait notre richesse, pour nous imposer la politique du fort qui écrase les faibles. Cette politique est injuste, ne fonctionne pas et nous entraîne dans une société de la violence. Injuste parce qu’elle frappe systématiquement les plus fragiles et qu’elle les stigmatise. L’allocataire social, le chômeur, le pensionné ou l’immigré sont soupçonnés d’abuser du système, voire de le menacer. Injuste parce qu’elle ne s’attaque pas à la spéculation, la dérégulation de l’économie, l’évasion fiscale des plus riches et l’augmentation drastique des inégalités. Mais aussi inefficace comme l’histoire le montre : les politiques d’austérité échouent systématiquement à atteindre leurs prétendus objectifs. Les pays d’Europe auxquels on impose ces recettes s’enfoncent dans la pauvreté, les inégalités, voire la violence. Nous ne voulons plus d’une société qui a peur de l’autre, peur d’elle-même, peur de son avenir. Nous disons stop à cette marche en arrière !

TOUT AUTRE CHOSE ! Nous, femmes, hommes, jeunes et moins jeunes, avec ou sans emploi, parents, profs ou élèves, artistes, appelons aujourd’hui à prendre le chemin de la confiance et de la solidarité ! Nous voulons construire une démocratie où le citoyen ne soit plus à la merci des lobbys et du pouvoir de l’argent, où chacun puisse se faire entendre. Nous croyons qu’il ne suffit pas de résister, de défendre les acquis, de préserver un modèle de société essoufflé. Que c’est d’un vrai débat démocratique que surgiront les alternatives. Qu’il faut bâtir tout autre chose. Qu’il faut intensifier le débat citoyen pour créer notre avenir commun. Que c’est dans l’exercice de nos droits que nous construirons notre bien-être partagé. Que seul le renforcement des liens sociaux nous permettra de faire face aux défis que pose notre société multiple et bigarrée. Que nous n’avons pas de problème budgétaire, mais un problème fiscal. Que l’on ne peut poser la question de la pauvreté sans poser celle des inégalités sociales et de genre. Que parler de bien-être partagé n’a de sens que si nous prenons en compte celui du reste du monde et celui des générations futures, sans oublier que la planète a des ressources limitées. Qu’une réelle justice fiscale est possible et que nous pouvons assurer une transition écologique tout en garantissant la justice sociale.

Citoyens de tous horizons, nous appelons à démultiplier le débat public, partout en Belgique, en Flandre, à Bruxelles, en Wallonie. Avec nos partenaires flamands de « Hart boven Hard », nous appelons chacun à signer ce manifeste et, plus encore, à agir avec nous pour inventer et construire ensemble une société tout autre, qui retrouve le chemin de la solidarité ! C’est maintenant qu’il faut ouvrir un débat reliant tous les secteurs malmenés et fédérer les innombrables innovations locales. Il y a urgence à agir avant que la machine infernale du tout à l’argent ne broie ce qui nous reste de libertés. Rejoignez-nous.

Signez en votre nom propre Signez au nom d'un collectif (association, réseau, organisation, etc)

Liste des 111 premiers signataires à titre personnel

Alain Vanoeteren (Directeur – Ulysse asbl)
Alexandre Caputo (Conseiller artistique au théâtre national)
Alexis Deswaef (Président Ligue des droits de l’homme)
Andrea Réa (Sociologue ULB)
Anne Levy-Morelle (Cinéaste)
Ariane Dierickx (Militante féministe ex Directrice d’Amazone)
Arnaud Zacharie (Secrétaire Général du CNCD 11.11.11)
Barbara Delcourt (Présidente département science politique ULB
Ben Hamidou (Comédien)
Bernard Bellefroid (Réalisateur)
Bernard Delvaux (Chercheur au GIRSEF-UCL)
Bernard Foccroulle (Culture et démocratie)
Bruno Frère (Chercheur FNRS-Ulg-Sciences Po Paris)
Carla Nagels (Professeure criminologie ULB)
Carlo Calderini (Directeur Observatoire des politiques sociales en Europe – INCA CGIL)
Carmen Castellano (Secrétaire générale FPS)
Caroline Lamarche (Ecrivain)
Catherine Salée (Actrice)
Cattherine Markstein (Femmes et Santé)
Charles Lejeune (Président du Conseil bruxellois de coordination socio-politique)
Christian Kunch (Président du MOC)
Christine Mahy (Secrétaire générale du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté)
Christophe Schoune (Secrétaire général Inter-Environnement Wallonie)
Claude Fafchamps (Arsenic 2)
Corinne Martin (Présidente de la Fédération des étudiants francophones)
Dalila LARABI (Syndicaliste féministe )
Dan Van Raemdonck (Professeur ULB VUB – Secrétaire général FIDH)
Daniel Zamora (Chercheur ULB)
David Murgia (Acteur)
Delphine Noels (Cinéaste, créatrice de Hors Champ)
Dom Moreau (Enseignante Ecole Supérieure des Arts St Luc de Tournai)
Eddy Caekelberghs (Journaliste et Président UAE)
Edwin de Boevé (Directeur – Dynamo International)
Eric D’Agostino (Cinéaste)
Eric De Staercke (Directeur du centre culturel des riches claires et artiste)
Fabrice Murgia (Metteur en scène)
Fabrice Van Reymenant (Directeur Festival des Libertés & Bxl Laïque)
Fabrizio Rangione (Réalisateur, acteur)
Fatima Zibouh (Politologue)
Felice Dassetto (Fondateur du Centre d’études de l’islam dans le monde contemporain)
Felipe Van Keirsbilck (Secrétaire Général CNE)
Françoise Bloch (Metteure en scène)
Fred Mawet (Directrice du CIRE)
Frédéric Fonteyne (Réalisateur)
Gael Turine (Photographe)
George Vercheval (Créateur du Musée de la photographie)
Hafida Bachir (Présidente de Vie Féminine)
Hugues Dorzée (Rédacteur en chef d’Imagine)
Hugues Le Paige (Directeur Revue Politique)
Irène Kaufer (Auteure et militante féministe)
Irene Petre (Permanente CNE Commerce à la retraite)
Isabelle Cassiers (Professeure d’économie à l’UCL et chercheuse qualifée FNRS)
Isabelle Heymans (Sécrétaire générale de la Fédérations des Maisons Médicales)
Isabelle Stengers (Sociologue ULB)
Jaco Van Dormael (Réalisateur)
Jacques Delcuvellerie (Metteur en scène, directeur artistique du Groupov)
Jan Hammenecker (Acteur)
Jean -Louis Colinet (Directeur théatre National)
Jean Daems (Ancien Secrétaire general du MOC)
Jean Luc Outers (Ecrivain)
Jean Yves Laffineur (Directeur du Festival Esperanzah!)
Jean-jacque Jespers (Journaliste)
Jerôme Jamin (Professeur de sciences politiques Ulg)
Jérôme Lechien (Président du Conseil de la jeunesse)
Jo Dekmine (Directeur – Théâtre 140)
Joel Roucloux (Culture et démocratie)
Johan Muyle (Artiste contemporain)
Jorge Leon (Cinéaste)
Laurent d’Ursel (« Artiste-président »)
Luc Mahieu (Président des Scouts et Guides Pluralistes)
Marc Delrez (Professeur Ulg)
Marc Jacquemain (Sociologue-ULg)
Marc Zune (Sociologue UCL)
Maria Miguel-Sierra (Directrice de la Voix des Femmes)
Marie Warnant (Artiste)
Marie-Caroline Collard (Directrice SAW-B)
Marie-France Collard (Réalisatrice)
Martine Collin (Enseignante spécialisée)
Mateo Alaluf (Sociologue ULB, un des fondateurs de l’université populaire de Bruxelles)
Michel Cermak (Collectif Roosvelt.be)
Michel Genet (Directeur Greenpeace)
Michel Gevers (Professeur émérite UCL)
Michèle Anne de Mey (Metteure en scène)
Mourade Zeguendi (Acteur)
Myriam Gerard (Sécretaire général CSC Bruxelles)
Nadine Plateau (Présidente de la Commission enseignement du CFFB
Nathalie Grandjean (Philosophe, Université de Namur)
Nathanaël Harcq (Directeur du Conservatoire Royal de Liège)
Noura Amer (Directrice de AWSA)
Olivier Coyette (Directeur du Théatre de Poche)
Olivier De Schutter (Professeur à l’UCL)
Olivier Guilitte (Ecologue)
Pascale Fonteneau (Auteure)
Pascale Vielle (Professeure de Droit UCL)
Patric Jean (Cinéaste et producteur)
Patrick Bebi (Metteur en scène)
Paul Jorion (Economiste)
Paul Lootens (Secrétaire Général Centrale Générale – FGTB)
Philippe Jeusette (Acteur)
Pie Tshibanda (Artiste)
Pierre De Vleeshouwer (Féd. bruxelloise des organismes d’insertion socioprof. et d’économie sociale d’insertion)
Pierre Olivier Rollin (Directeur du Centre d’art BPS 22 à Charleroi)
Pierre Verbeeren (Directeur de Medecins du monde)
Pitcho (Artiste)
Sabine Panet (Rédactrice en Chef du Magazine Axelle)
Salim Hellalet (Photographe)
Sam Touzani (Artiste)
Samuel Chapel (Directeur du festival La Semo)
Sebastien Kennes (Rencontre des continents)
Stéphane Harchies (entrepreneur)
Thierry Michel (Cinéaste)
Uman (Artiste)
Vincent Engel (Ecrivain)
Xavier Canonne (Directeur du Musée de la Photographie de Charleroi)
Yanic Samzun (Secrétaire général de Présence et Action Culturelle)

De oproep van Tout Autre Chose in het Nederlands

STOP! De begrippen solidariteit, consensus en overleg worden in vraag gesteld. Het enige vooruitzicht dat ons voortaan wordt opgelegd, is dat van bezuinigingen. Alsof er, in naam van een zogenaamde striktheid, geen andere oplossing zou bestaan dan beknibbelen op lonen, pensioenen, openbare diensten, cultuur, wetenschappelijk onderzoek, ontwikkelingshulp…  Alsof er, in naam van de veiligheid, geen andere keuze is dan onze vrijheden te beperken, ons tegen elkaar op te zetten en ons onder bewaking te plaatsen. Alsof de enige optie, in naam van de heilige competitiviteit, de ontmanteling van ons sociaal model en het uitstellen van de milieu- en klimaatuitdagingen naar later zou zijn.  Alsof er geen alternatief is.

Plus

L’appel de Hart boven Hard en français

LE COEUR, PAS LA RIGUEUR

Une déclaration politique alternative

Un pays prospère où chacun peut trouver les conditions de bien être et de bonheur. C’est l’intention affichée de nos gouvernements à chaque prise de parole, lors de chaque législature. C’est pour ce projet qu’ils ont été élus. C’est par rapport à ce projet que nous sommes en droit de leur demander des comptes.

Plus

Share: