Archives de catégorie Campagne TAMTAM

ParPatrick Jonniaux

#Article23 & les inégalités

#Article23 & les inégalités

Bonne nouvelle !

Sur les trente dernières années, la prospérité belge par habitant a augmenté de 36%

Moins bonne nouvelle... la pauvreté est restée élevée.

  • 1 Belge sur 6 (16%) vit sous le seuil de pauvreté
  • 1 sur 4 ne peut pas se payer une semaine de vacances
  • En 20 ans, le nombre de personnes dépendantes des banques alimentaires a doublé

Mais si la richesse augmente, pourquoi la pauvreté ne diminue-t-elle pas?

Il semblerait que tout ceci soit lié à une mauvaise distribution des richesses... bref à un problème structurel d'inégalités.

Une vidéo pour mieux comprendre...

Problème individuel ou responsabilité collective ?

À nous de juger!

Nos droits fondamentaux sont mis à mal par nos gouvernements qui détricotent petit à petit nos différents systèmes de solidarité. Rassemblons-nous autour du dernier rempart contre ces inégalités : l'article 23 de notre Constitution. Vivre une vie digne n'est pas un acte de charité, c'est un droit fondamental!

 

#Article23

ParPatrick Jonniaux

#Art23

« WE ARE 23 »

Il faut qu'on parle. Et pour une fois, pas du dernier tweet ni du scandale du jour. Mais de ceci : sous ce flot d'actualités, sur quel socle repose notre vivre ensemble ?

Ce socle est rongé millimètre par millimètre, comme une banquise qui fond silencieusement. Jusqu'au jour où elle se disloquera en quelques blocs de glace sur lesquels une minorité heureuse pourra surfer librement, tandis que la majorité se noiera dans une mer gelée.

Beaucoup d'entre nous ont des enfants ou des petits-enfants. Le visage très concret des 50 prochaines années, c’est eux. Comment pourront-ils mener une vie digne et sensée ? Comment commencent-ils leur vie, avec quoi dans leur sac à dos ? Et quel genre de villes voulons-nous leur laisser, sur quelle planète ?  La réponse ne viendra pas de beaux discours. Ce sont des choix cruciaux que nous devons faire aujourd'hui : quelle place pour la voiture ? Quel coût écologique pour notre énergie ? Quel rapport entre travail et repos ? Et surtout : laissons-nous l'entreprise la plus compétitive décider, ou créons-nous, ensemble, une base commune pour notre société ? Souhaitons-nous aussi aux autres enfants ce dont nous rêvons pour les nôtres ?

Tout va bien !

Selon le discours du gouvernement, tout va bien : l’économie se redresse et la crise est derrière nous. Mais pour nous, dans la réalité, les défis sont en énormes, et la question clé est la suivante : quel monde sommes-nous en train de façonner pour demain ?  Et pour qui ?

Dans l’actualité, ce ne sont que des mauvaises nouvelles : plus de particules fines dans nos poumons, montée en flèche des burn-out, flexi-jobs, âge de retraite plus élevé pour une pension plus modeste, poursuites judiciaires contre ceux qui aident des réfugiés, coupes budgétaires dans les transports publics et les énergies renouvelables, baisse des allocations de chômage, hausse des factures d'électricité, privatisation des soins, enfants de réfugiés en prison...

Le gouvernement Michel avait promis d’augmenter les allocations au-dessus du seuil de pauvreté, mais après quatre ans d’attente, ce sera une promesse non-tenue, comme beaucoup d’autres.

Il avait promis de relever le pouvoir d'achat, mais en réalité pour nous, le saut d’index a appauvri tout le monde, et les factures continuent d’augmenter. Il parle constamment de « trou dans notre budget », mais ne parle jamais du trou dans la couche d'ozone. L’argument est toujours le même : il n'y a pas assez d’argent . En réalité, des milliards d'euros s’envolent chaque année dans des paradis fiscaux. C’est ainsi que l'idée de "sécurité sociale" se dilue de plus en plus dans une "insécurité antisociale".

Ce sont là des choix politiques, et ces choix conduisent de plus en plus de familles à sentir le sol se disloquer sous leurs pieds.

Comment expliquer cela à nos enfants ?

Comment expliquer cela à nos enfants ? Que les valeurs que nous chérissons dans nos familles sont de plus en plus rares dans la société ? Qu’aujourd’hui, la concentration des fortunes est revenue au niveau du début de la Première Guerre mondiale, lorsque des empereurs, des tsars et des rois étaient encore aux commandes ?

C'est de cela que nous devons parler. Où se trouve la limite pour nous, êtres humains ? La croissance des dividendes ne nous aidera point quand l'eau montera à son tour, quand la circulation se coincera, quand l'air nous étouffera, quand les murs autour de l'Europe l’auront transformée en une prison. Comment expliquerons-nous à nos enfants que jadis, la devise de notre pays était « l’union fait la force » ?

La plupart des gens ont des attentes très différentes de ces choix qui disloquent la base de notre vivre ensemble. Ce que nous voulons, c’est un climat sain, des salaires et des retraites décents, des impôts justes, le désarmement, plus de sécurité sociale et une planète préservée... Ces souhaits sont-ils exagérés ? Le marché ne les approuve pas. Mais sommes-nous réduits à être soumis aux lois du Marché ? Nous devons revenir à la question centrale : ce que nous considérons nécessaire en tant qu'êtres humains. Et dans quelle mesure les politiques de nos gouvernements réalisent-elles cela – ou au contraire le détruisent-elles ?

La réponse se trouve dans notre Constitution

La politique semble parfois l'oublier, mais la réponse se trouve dans notre Constitution, à l'article 23: « Chacun a le droit de mener une vie conforme à la dignité humaine. » La Constitution ne dit nulle part que notre économie doit croître à tout prix, ni que les lois du marché doivent l’emporter sur nos aspirations communes. Par contre, il est écrit noir sur blanc : "Chacun a droit au travail, à la Sécurité sociale, à la protection de la santé, à un logement décent, à un environnement sain, à l’épanouissement culturel et social, aux prestations familiales". Alors pourquoi glissons-nous vers une société dans laquelle ces droits deviennent un luxe ou un souvenir, plutôt qu'une évidence et un projet ?

Aujourd'hui, nous nous levons.

Nous ne voulons plus être des spectateurs sur la rive. Nous nous voulons gardiens du socle d’humanité de notre société, nous jetons un pont qui relie les secteurs et traverse les frontières linguistiques. Avec la campagne bilingue Tam Tam - Hart boven Hard, nous luttons ensemble pour l'article 23. Dans les mois à venir, nous élaborerons 25 propositions que nous présenterons à des milliers de personnes : comment voulons-nous que les prochains gouvernements appliquent l'article 23 au XXIe siècle ? Et nous confronterons à cet article 23 l’action des gouvernements sortants.

Pour nous, ce sera l’enjeu des élections de mai : ce n'est pas l'économie de croissance qui devrait être la pierre angulaire des programmes électoraux et de la prochaine législature, mais notre humanité elle-même. Au "tout pour la croissance", nous opposons "la croissance des droits pour tous".

Nos enfants nous y obligent. Parce qu'il y a des alternatives.

#Art23

ParPatrick Jonniaux

Campagne TAMTAM saison 2…

Le retour de TAM TAM se décline autour de l’article 23.

Une première saison s’est clôturée avec trois thématiques : la santé, le travail et la justice. Des thématiques fortes et qui touchent toute la population. Nous débutons cette deuxième saison avec comme mot d’ordre central, l’article 23 de la constitution Belge.

« Chacun a le droit de mener une vie conforme à la dignité humaine.
Ces droits comprennent notamment :

1° le droit au travail et au libre choix d'une activité professionnelle dans le cadre d'une politique générale de l'emploi, visant entre autres à assurer un niveau d'emploi aussi stable et élevé que possible, le droit à des conditions de travail et à une rémunération équitables, ainsi que le droit d'information, de consultation et de négociation collective ;

2° le droit à la sécurité sociale, à la protection de la santé et à l'aide sociale, médicale et juridique ;

3° le droit à un logement décent ;

4° le droit à la protection d'un environnement sain ;

5° le droit à l'épanouissement culturel et social. »

On va ainsi la décliner sous différents aspects (les inégalités sociales, l’écologie et la transition énergétique, la fiscalité et la lutte contre le racisme).

Dans ce cadre, TAM TAM organise une grande assemblé générale ce 1er octobre et invite à y participer le monde associatif autour de ces grands thèmes. Rendez-vous à 17h30 à la Ligue de Famille, Emile de Beco 109, Bruxelles pour cette première assemblée générale !

Merci de confirmer votre présence auprès de : Wathelet.brieuc@gmail.com.

ParPatrick Jonniaux

#notreréalité

C'est parti...

La Campagne TAMTAM a bien démarré ce matin. La Première, Le Soir et d'autres encore parlent de ce "regroupement inédit de 72 associations contre le néolibéralisme".

Regroupant pour l'occasion les représentant.e.s de Solidaris et des Mutualités Chrétiennes, de la FGTB et de la CSC, et d'une foison d'associations dont Tout Autre Chose, le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté... TAMTAM est la campagne du front commun, bilingue de surcroit. S'entourant d'experts du terrain et d'académiques, elle donne une dimension réelle à nos ressentis quotidiens de citoyen.

Son lancement ce 5 février 2018 est le début d'une série de capsules thématiques. Ce premier numéro sur les soins de santé sera suivi de la justice et de l'emploi. Un programme plus large se développera dans la suite.

Pas "juste" des vidéos...

Des mobilisations, des conférences, débats, publications, rassemblements... tout est bon pour parler de la santé et de notre vécu.

Un agenda des actions sera mis à jour sur ce site... et vous pouvez suivre les actualités de la campagne sur les supports de campagne : le site, le compte FB et un peu partout avec #notreréalité ou #tamtam.

Votre association, groupement, collectif veut ou encore vous seul en tant que citoyen désirez rejoindre la campagne sur ce thème ou d'autres...

Vous désirez organiser un événement dans ce cadre ,

Vous êtes acteur de la santé en Belgique et désirez partager sur ce sujet...

C'est par ici...

#notreréalité

ParPatrick Jonniaux

Mons accueille la Campagne TAMTAM

201800209_NL tamtam mons

Lancement de la Campagne TAMTAM

Les JOC Mons-Borinage, organisent une soirée de lancement de la Campagne TAMTAM

Venez rejoindre Martin Guerard et quelques amis militants ce vendredi 9 février 2018 à partir de 20 heures au Local Autogéré du Borinage, rue Marguerite Bervoets, 10 à Mons.

Qu'est ce que la Campagne TAMTAM ?

Tam Tam est une vaste campagne de sensibilisation, d’information et de mobilisation, qui réunit des acteurs de la société civile en vue de sortir de la résignation et de la contamination des esprits par le néolibéralisme.

Plus encore... c'est ici...

ParPatrick Jonniaux

Comment sortir de l’emprise néolibérale ?

debat 20180119Invitation à l’événement de lancement de
la campagne TAM TAM.

Une conférence - débat exceptionnelle par la qualité des invités. Une occasion de rencontres pour faire le plein d’énergie et de projets.

Pourquoi et comment sortir du carcan néolibéral

Première grande conférence-débat de la campagne TAM TAM

avec :

  • Olivier de Schutter est professeur à l’UCL où il enseigne les droits de l’homme et la théorie du droit.  Il a succédé à Jean Ziegler comme Rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l’alimentation, mission qu’il assumée de 2008 à 2014. Il est à présent membre du Comité des droits économiques, sociaux et culturels de l’ONU. Membre de la commission citoyenne d’audit de la dette publique grecque, il a été chargé par les Nations Unies d’un rapport sur le droit au développement dans le cadre de la mondialisation économique, afin de nourrir la mise en œuvre des Objectifs de développement durable.

 

  • Manu Claeys est essayiste, activiste. Président du collectif de résidents 'stRaten-generaal' d'Anvers. Ce collectif citoyen a reçu la prix de la démocratie en 2010 et a conclu avec le gouvernement Flamand une « alliance sur le futur » pour un plan de mobilité durable pour Anvers. Depuis la publication de “le Vlaams Blok en chacun de nous (2001)”, Claeys explore des formes contemporaines de citoyenneté politique. En ce  moment il travaille sur son prochain livre : « Red de democratie ».

 

  • Karine Verelst, philosophe, VUB, Constituante.be assurera la présentation et l’animation des débats.

 

Vendredi 19 janvier 19h30 à 22h

Rue Pletinckx 19, 1000 Bruxelles Auditoire de la CSC.

 

La conférence - débat, sera suivie du verre de l’amitié.

Interprétation simultanée (F – NL) est prévue.

Merci de nous confirmer votre présence. tamtamcampagne@gmail.com

Plus d'informations sur la campagne...

N’hésitez pas à diffuser cette information.

 

ParPatrick Jonniaux

Tamtam – venez créer le programme

tac tamtamCher·e·s ami·e·s,

 

Vous – ou votre association – avez participé au développement de Tout Autre Chose. Nous tenons à vous informer de la campagne TAM TAM initiée par TAC et un large éventail d’organisations.

 

La Lettre d’Information de TAC de décembre 2017 et le site ont annoncé la nouvelle : La campagne TAM-TAM est sur la ligne de départ … Vous trouverez le texte de l’appel (qui, quoi, pourquoi ?) sur le site de TAC et en fichier joint à ce message (voir le site TAC).

1.     Si votre association veut soutenir, s’investir dans cette campagne venez découvrir tout cela :

Une assemblée générale de travail : 12 décembre

de 18 H à 20 H à l’Aeropolis, Chaussée de Haecht 579, Schaerbeek, salles 4 et 5

 

Objectif : réunir l’ensemble des soutiens (associations, syndicats, mutuelles, …) pour faire le point sur cette première étape de préparation et lancer la campagne en examinant quels peuvent être les initiatives, apports de chacun·e·s. Une occasion pour les locales et différents groupes thématiques de TAC – une des composantes à la base de cette initiative – de s’informer et participer à ce lancement.

2.     Pour concrétiser cette campagne au niveau local, pour prendre des initiatives avec votre association ou agir au niveau local, participez à la prochaine étape :

Événement de lancement : 19 janvier2018 (Bruxelles)

En trois temps :

Après-midi : sept thèmes (ateliers « concrets » orientés actions …)

Moment collectif :  prises de paroles (artistes, personnalités …).

Soirée : festive et activiste

3.     Pour vous tenir informé, ou pour vous impliquer davantage :

ParPatrick Jonniaux

TamTam Campagne

EEN EENSTEMMIG VERZET NU

VOOR EEN OPEN WERELD MORGEN!

version française

Wij zijn…

– verantwoordelijken van vakbonden, mutualiteiten, verenigingen en feministische bewegingen;

– ecologisten, studenten, voorvechters van de strijd tegen armoede en het verdedigen van gezinnen, van collectieven die optreden tegen CETA en TTIP.

– actoren in de culturele wereld, justitie en de gezondheidssector;

– onderzoekers, professoren aan universiteiten, mensen uit het onderwijs;

Wij mobiliseren ons voor het recht op gezondheidszorg, huisvesting, rechtspraak e.a.

Wij zijn vrouwen en mannen, leden van burgerbewegingen zoals Tout Autre Chose.

U bent…

  • Een vrouw, een man, een groep, een vereniging, een lokale afdeling of een arbeiderscollectief.
  • Of misschien een bekend gezicht in uw vakgebied, een kunstenaar…een schrijver
  • Iemand die zich inzet voor de bescherming van milieu, justitie, vrouwenrechten, rechten van jongeren of migranten, cultuur, gelijkheid of democratie.
  • Iemand die de kwaliteit van openbare diensten of het algemene welzijn verdedigt.
  • Iemand die “neen” zegt tegen een wereld waarin u uitgespeeld wordt tegen elkaar als concurrenten, als geïsoleerde in een land waar de vrije markt het voor het zeggen heeft. En u doet dat niet alleen voor uzelf, maar ook voor uw kinderen en uw kleinkinderen!

Laat ons dus de violen stemmen tot één klinkend geluid!

We willen geen nieuwe politieke partij oprichten, noch een nieuwe organisatie. België is rijk aan verenigingen, sociale organisaties, collectieven, burgerbewegingen, die stuk voor stuk, samen met de sociale zekerheid en overheidsdiensten, een wal opwerpen tegen de barbaarsheid die ons bedreigt. Een nieuw platform is dus niet nodig.

We nodigen u gewoon uit om onze krachten te bundelen en uw verontwaardiging en inzichten met ons te delen. Want, net zoals u, geloven wij dat een meer rechtvaardige wereld mogelijk is, en wel nu: in Vlaanderen, Wallonië en Brussel en de rest van de wereld. We geloven in een welvaart die door allen rechtvaardig wordt gedeeld, met respect voor de planeet, een kwaliteitsvolle gezondheidszorg voor iedereen, een toegankelijke justitie, een realistische verdeling van vrije tijd en werk, een werkelijke democratie, een open samenleving met respect voor diversiteit…

Spijtig genoeg staat ons sociaal model al jarenlang, tijdens verschillende legislaturen onder druk van de neoliberale globalisering waar multinationale ondernemingen onvermoeid voor lobbyen. Neoliberalisme is meer dan een slogan: het is een praktijk die werkt volgens een driedelige ommekeer: naar een algemene competitie, naar de vermarkting van alle sociale aspecten, en naar de ontbinding en zelfs vernietiging van instellingen die het dagelijks leven organiseren.

Na tweeënhalf jaar politiek die ons, burgers, in een ondergeschikte positie duwt, wordt het hart van onze samenleving zelf frontaal aangevallen. Doorheen de besparingsmaatregelen en de fiscale onrechtvaardigheid, is een reële ommekeer van ons samenlevingsmodel duidelijk zichtbaar.

Eenstemmig!

We zijn ervan overtuigd dat we onze stem luid moeten laten klinken. Wanneer onze tegenstanders hun ideeën verspreiden doen ze dat niet met mondjesmaat. Als ze ons willen overtuigen dat glysofaat goed is voor de gezondheid, dat het fiscale onrecht zal leiden tot jobs-jobs-jobs en dat cultuur en justitie te veel kosten, dan doen ze dat krachtig, hardnekkig en grootschalig!

Het is aan ons om deze uitdaging aan te gaan: onze stemmen moeten aan kracht winnen op een meer creatieve, meer professionele en vooral beter gecoördineerde wijze.

Zoiets heet Verzet nu!

Kortom: we hebben genoeg van deze ongelijkheden, onzekerheden en permanente competitie! Laten we ons stevig verzetten tegen dit neoliberale model dat goed onderweg is om ons voor lange tijd ‘te hypothekeren’.

… voor een open wereld van morgen!

We beschikken over een massa aan concrete alternatieven die niet alleen           wenselijk maar ook realiseerbaar zijn: om werk te delen en beter te leven, om onze planeet te beschermen, om werk te maken van superdiversiteit, om gebruik te maken van nieuwe technologieën die niet bedreigend zijn, om de publieke diensten van de toekomst te bedenken.

We zijn er echter van overtuigd dat een dergelijke toekomst onmogelijk is, als we de huidige en toekomstige regeringen toelaten om met de huidige funeste politiek door te gaan.

Concreet

TamTamNDLS AG3-1Tam-Tam is een nationale, tweetalige communicatie- en mobilisatiecampagne die wordt gefinancierd met eigen middelen van groepen, organisaties en burgers die de campagne willen ondersteunen en ontwikkelen.

Tam-Tam stelt een professioneel communicatieapparaat ter beschikking dat bestaat uit capsule video’s, massabladen, opiniestukken, conferenties en debatten en populaire bijeenkomsten. Tam-Tam biedt een methode en de instrumenten aan om de mening van groepen en bewegingen die zich willen aansluiten, te groeperen in een luid en aanhoudend concert voor gerechtigheid in een weigering om het onwaardige beleid te aanvaarden.

Tam-Tam zal in een eerste fase 3 afleveringen van dit feuilleton van verzet de wereld insturen: over gezondheid, toegang tot rechtspraak en de werkduur. Andere onderwerpen zullen mogelijk na april 2018 worden gelanceerd.

Kom uw perspectief op deze campagne met ons delen op de lanceringsvergadering op dinsdag 12 december om 18u in Brussel.

 

 

TamTamFr AG1Wenst u:

  1. Het project te ondersteunen (in uw naam of die van een groep)
  2. Aan te sluiten bij een thematische groep
  3. Ideeën voor te stellen of door te spelen
  4. Financieel te ondersteunen

 

Contacteer dan tamtamcampagne@gmail.com.

 

 

 

ParPatrick Jonniaux

Campagne TamTam prête à démarrer

Nous
vous
invitons à donner de la voix
ensemble et avec force.

 Entrons en résistance
pour que l’avenir reste ouvert.

Nederlandstalige versie

 

Nous…

Nous sommes des acteurs du monde de la culture, de la justice, de la santé.

Nous sommes des professeurs d’université ou des chercheurs.

Nous sommes des responsables syndicaux, mutualistes, associatifs ; des mouvements féministes, écologistes, étudiants, de lutte contre la pauvreté, de défense des familles…, des collectifs anti-CETA et TTIP…

Nous nous sommes mobilisés pour défendre le droit à la justice, à la santé, au logement…

Nous sommes des citoyens ou des groupes membres de mouvements comme Tout Autre Chose

vous…

Vous êtes des citoyens et citoyennes, un groupe, une association, une section locale ou un collectif de travailleurs.

Ou bien vous êtes une voix reconnue dans votre domaine, une personnalité, un-e artiste.

Vous vous exprimez et vous engagez pour défendre l’environnement, la justice, les droits des femmes, des jeunes ou des migrants. Ou pour la culture, l’égalité ou la démocratie. Vous défendez la qualité des services publics ou le bien commun. Vous refusez, pour vous-même, vos enfants ou vos petits-enfants, un monde où tout est marchandise, où chacun est le concurrent de tous, où les individus sont isolés face à l’État et aux marchés tout-puissants.

invitons à donner de la voix

Nous ne créons pas un nouveau parti politique, ni une nouvelle organisation. La Belgique  est riches d’associations, d’organisations sociales, de collectifs, de mouvements citoyens, qui tous ensemble, avec la Sécu et les services publics, forment le rempart contre la barbarie qui nous menace. Nul besoin de créer une plate-forme en plus.

Nous vous invitons simplement à coaliser nos indignations et à mutualiser nos intelligences.

Comme vous, nous croyons qu’un monde beaucoup plus juste est possible, maintenant, chez nous : en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles, et tout autour de nous. Une prospérité bien partagée et respectueuse de la planète, une santé de bonne qualité pour tous, une justice accessible, un réel partage du temps, une démocratie vivante, une société ouverte et respectueuse de la diversité…

Mais notre modèle social est depuis plusieurs législatures sous la pression de la mondialisation néolibérale voulue par les entreprises transnationales. Le néolibéralisme n’est pas un slogan : il opère un triple basculement : vers la compétition généralisée ; vers la marchandisation de tous les rapports sociaux ; et vers le délitement et à terme la destruction des institutions organisant la vie commune.

Depuis deux ans et demi, avec les politiques que nous subissons, c’est le cœur même de notre vivre ensemble qui est attaqué de façon frontale. Au-delà des mesures d’austérité et de l’injustice fiscale, un véritable basculement de modèle de société est en marche.

ensemble et avec force

Nous pensons devoir nous faire entendre fortement. Quand nos adversaires font de la propagande, ils n’y vont pas avec le dos de la cuillère. Que ce soit pour convaincre que le glyphosate est bon pour la santé, ou que l’injustice fiscale sert à créer des job-job-job, ou que la culture, la justice, la culture, et la santé coûtent trop cher, ils s’expriment massivement, puissamment, opiniâtrement.

Nous devons relever ce défi et nous faire entendre plus et mieux, de façon plus créative, plus professionnelle, et surtout mieux coordonnées.

Entrons en résistance…

La Sécu, jadis assurance sociale solidaire, est de plus en plus contractualisée et doit être « rentabilisée », la santé devient une marchandise, la justice un privilège pour les riches, la culture un luxe frivole, les services publics des institutions désuètes vouées à la disparition. Des défis nouveaux et urgents, comme le changement climatique ou les migrations, sont ignorés par la gestion à courte vue.

En un mot comme en cent : les inégalités, la précarité, la compétition permanente : ça suffit !

Entrons en résistance contre ce modèle néolibéral qui est en train de nous asservir pour longtemps.

… pour que l’avenir reste ouvert !

Nous avons une foule d’alternatives concrètes, réalisables et désirables. Pour partager l’emploi et vivre mieux ; pour protéger notre planète ; pour faire de la super-diversité et des nouvelles technologies des chances, pas des menaces ; pour inventer les services publics et les biens communs de demain.

Mais nous pensons qu’un tel avenir se bouche si nous laissons les gouvernements – actuels ou à venir – imposer au plus grand nombre cette politique du pire.

 

Concrètement

TamTamFr AG1

Tam-Tam est une campagne nationale donc bilingue de communication et de mobilisation, autofinancée par les groupes, organisations et citoyens qui veulent la soutenir et la développer.

Tam-Tam propose un dispositif de communication professionnelle et partagée, reposant sur des productions de courtes vidéos, de journaux de masse, d’argumentaires, de conférences-débats, d’événements et de rassemblements populaires. Tam-Tam offre une méthode et des outils pour mutuéliser et renforcer l’expression des groupes et mouvements qui veulent joindre leur voix à un grand et persistant concert d’espoirs de justice et de refus de la politique du pire.

Tam-Tam lance d’abord 3 épisodes de ce grand feuilleton de résistances : sur la santé, l’accès à la justice et le temps de travail. D’autres sujets seront possibles après avril 2018.

 

 

Cliquez sur les images pour télécharger
le contenu de la campagne…

TamTamNDLS AG3-1Si vous souhaitez :

  1. Marquer, en nom personnel ou au nom d’un groupe, votre soutien de principe
  2. Rejoindre un groupe thématique
  3. Proposer des idées, relayer des idées
  4. Soutenir financièrement

 

 

Venez échanger sur les perspectives qu’ouvrent cette campagne à l’assemblée de lancement le mardi 12 décembre, à 18h, à Bruxelles.

 

Contact : tamtamcampagne@gmail.com.

 

 

ParPatrick Jonniaux

L’austérité en procès

Affiche-Austerité-en-procès-1L’austérité en procès. Mobilisations judiciaires contre les politiques d’austérité en Europe

L’Action de Recherche Concertée « Contentieux stratégique » organise les 21 et 22 septembre 2017 une conférence internationale intitulée « L’austérité en procès. Mobilisations judiciaires contre les politiques d’austérité en Europe ». Cette conférence, qui réunira plus d’une vingtaine d’orateurs venus de partout en Europe, a pour objectif d’analyser et de discuter les enjeux soulevés par les multiples recours judiciaires introduits ces dernières années, au niveau national et international, contre les mesures d’austérité imposées ou recommandées par l’Union européenne aux Etats membres dans le contexte de la crise de l’Euro-zone.

Jeudi 21 septembre 2017 14.00 – 18.00

INTRODUCTION

14.00 Introduction générale, par Julie Ringelheim (FNRS/UCL) et Matthias Sant’Ana (UCL)
14.20 Politiques d’austérité et droits humains, par Olivier De Schutter (UCL, Comité des droits
économiques, sociaux et culturels des Nations Unies) (intervention vidéo)

MOBILISATIONS JUDICIAIRES AU NIVEAU NATIONAL

Recours mettant directement en cause des traités 4Président de séance : Vaios Koutroulis (ULB)
14.40 Belgique : le recours contre la loi d’assentiment au Traité budgétaire par Emmanuel Slautsky
(ULB)
Recours contre des mesures nationales exigées par l’Union européenne dans le cadre de plans
d’aide financière
15.00 Grèce : Les recours devant le Conseil d’Etat, par Stamatina Yannakourou (European University
Cyprus, Chypre)
15.20 Portugal : Les recours devant la Cour constitutionnelle, par Ana Maria Guerra Martins
(University of Lisbon, Portugal)
15.40 Espagne : Les recours contre les expulsions immobilières, par Sergio Nasarre-Aznar (University
Rovira i Virgili, Espagne)

Pause café
Recours contre des mesures nationales d’austérité « volontaires » visant à rencontrer les normes
budgétaires européennes

Président de séance : Daniel Dumont (ULB)
16.20 Le cas de la Belgique, par Annemie Schaus (ULB) et Vincent Letellier (avocat)
16.40 Le cas de l’Italie, par Piera Loi (Università di Cagliari, Italie)
17.00 Le cas de la Hongrie, par Tamas Gyulavari (Pázmány Péter Catholic University, Hongrie)

Discussion
Introduite par Stefano Civitarese Matteucci (University of Chieti-Pescara, Italie)

Vendredi 22 septembre 2017 09.00 – 17.00

MOBILISATIONS JUDICIAIRES AU NIVEAU INTERNATIONAL

9.00 – 11.00 Présidente de séance : Laura Van den Eynde (ULB)
9.00 Les recours devant la Cour de Justice de l’Union européenne, par Louise Fromont (FNRS/ULB)
9.20 Les recours devant le Comité européen des droits sociaux, la Cour européenne des droits de l’homme
et l’Organisation internationale du travail, par Elise Dermine (ULB)
9.40 Politiques d’austérité, mobilisations et institutions internationales, par Margot Salomon (London
School of Economics, Royaume-Uni)

Discussion Introduite par Colm O’Cinneide (University College London, Royaume-Uni)

Pause café

RECOURS CONTRE LES MESURES D’AUSTÉRITÉ : LE POINT DE VUE DES ACTEURS

11.15 – 12.45 Modératrice : Barbara Truffin (ULB)
o Elena Crespi, Fédération Internationale des droits de l’homme (FIDH)
o Francisco Javier Rubio Gil, avocat et membre du mouvement social luttant pour le droit au
logement et contre les évictions forcées Plataforma de Afectados por la Hipoteca (Espagne)
o Maria Tsipra, Confédération des syndicats de fonctionnaires (ADEDY – Grèce)
o Wiebke Warneck, Confédération européenne des syndicats

Lunch

TABLE RONDE – LA DÉMOCRATIE EUROPÉENNE À L’ÉPREUVE DE L’AUSTÉRITÉ :
FORCES ET FAIBLESSES DE L’ARME JUDICIAIRE POUR LES MOUVEMENTS SOCIAUX

14.00 – 16.00 Modérateur : Julien Pieret (ULB)
o Antoine Bailleux, professeur de droit européen à l’USL-B
o Gaëtan Cliquennois, chargé de recherches en sociologie juridique au CNRS / Université de
Strasbourg (France)
o Aoife Nolan, professeure de droit international des droits de l’homme à la University of
Nottingham (Royaume-Uni) et membre du Comité européen des droits sociaux
o Céline Romainville, professeure de droit constitutionnel à l’UCL
o Pascale Vielle, professeure de droit social européen à l’UCL

Pause café

CONCLUSIONS 16.30 – 17.00

Diane Roman (Université François Rabelais, Tours)