Lancement d’un Acrimed Belgique

ParPatrick Jonniaux

Lancement d’un Acrimed Belgique

L’équipe de Zin TV soutient la création d’un Acrimed belge au sein de Tout Autre Chose

zin-tvCher amis,

Zin TV salue et soutient l’initiative de créer un Acrimed belge ! Enfin un observatoire critique des médias chez nous. Qu’il soit clair : il ne s’agit pas d’un rejet primaire du journalisme de notre part mais plutôt de récupérer l’honneur perdu d’un certain journalisme malveillant.

Nous savons reconnaître le journalisme citoyen. Chez ZIN TV nous nous sommes constitués un panthéon de références communes qui éclairent notre pratique journalistique, par exemple : Rodolfo Walsh, journaliste argentin assassiné par les militaires en 1977, c’est lui qui disait : « Le journalisme est libre ou bien, c’est une farce ! » Norbert Zongo, journaliste burkinabé assassiné en 1998 alors qu’il enquêtait sur un crime du dictateur Campaoré. Muntadhar al Zaidi, le journaliste qui jeta ses deux chaussures en direction du président George W. Bush lors d’une conférence de presse à Bagdad en décembre 2008, le français Edouard Perrin, qui a été inculpé pour avoir révélé le scandale LuxLeaks, Glenn Greenwald, le journaliste américain qui publia les révélations d’Edward Snowden sur les programmes de surveillance de masse et notre liste n’est pas finie.

Des journalistes courageux sont en voie de disparition et dans nos ateliers de formation nous essayons d’inculquer aux participants la passion du métier. Nous sommes donc ravis que Tout Autre Chose démarre ce projet d’association de critique des médias. Nous mettons à disposition bien-sûr notre plateforme de communication pour relayer toute publication émanant de cette nouvelle initiative.

Acrimed en France contribue de façon significative à rétablir la vérité et à démasquer les dérives des médias traditionnels afin de faire prendre conscience d’un système de manipulation qui nous vend des guerres, des politiques et des produits. Cette démarche est vitale et nous outille face au traitement de l’information. En Belgique, une telle démarche a jusqu’à présent été menée de manière trop dispersée tant par des médias citoyens, médias partisans que par des individus sous forme de cartes blanches ou commentaires en bas des articles. Si cette critique existe aussi chez nous, elle est souvent de qualité mais elle reste néanmoins marginale, minoritaire et presque invisible. Il en va de même avec l’information citoyenne des médias libres émergents.

Il y a eu quelques tentatives de fédérer des médias sans tutelle mais qui jusqu’à présent n’ont pas abouti à une vraie collaboration structurelle et cela, pour mille raisons. Avec la Coordination des Médias Libres que nous avons lancée fin novembre 2015, nous nous sommes confrontés à l’énorme potentiel et à un travail d’articulation qui demande une énergie, du temps et des moyens à la hauteur des attentes qui pour l’instant nous ont manqués. Les multiples réunions ont permis des échanges d’expériences, de se rencontrer, de distinguer les méthodes propres à chacun et même quelques collaborations. Une dynamique fructueuse s’est constituée autour d’une articulation entre Radio Panik, la revue Kairos, Sans Papiers TV, le collectif Krasnyi et ZIN TV, qui s’est dernièrement exprimée lors de notre réponse commune à l’ancien secrétaire général du Conseil de déontologie journalistique, qui affirme sans nuance que « le journalisme citoyen n’existe pas ».

Tout cela a permis de mettre en évidence une idée noble : l’importance de créer des médias dont les propriétaires sont les mouvements sociaux. Ce travail de coordination ne nous a pas encore permis de cartographier cet espace médiatique citoyen qui est riche et diversifié… Nous cherchons à mettre en place un colloque qui le permettrait. Pour y arriver, nous explorons les bonnes pistes. Il est intéressant de noter que face au langage mono-forme des médias dominants, notre réponse se situe déjà par notre diversité, notre hétérogénéité, notre mélange… le nom de ZIN TV n’est pas innocent !

En ce qui concerne notre démarche journalistique, la permanence vidéo des luttes sociales s’est construite sur un rapport de confiance avec les mouvements sociaux, et qui fait notre force aujourd’hui. Ce travail informatif a comme but de stimuler les luttes, il sert d’outil porté par les associations et il contribue à alimenter la mémoire collective et dans le meilleur des cas, d’explorer de nouvelles esthétiques. Ce travail d’élaboration citoyenne de l’information est stratégique : il propose un journalisme d’un nouveau type que nous voulons continuer à développer avec plus d’enquêtes, plus de débats et plus de reportages sociaux. En regardant notre monde à travers ce prisme citoyen nous nous confrontons aux méthodes des médias dominants et leur critique est donc devenu une évidence.

Analyser de manière critique la presse dominante tel que le propose Acrimed est donc une démarche tactique : cette démarche est volontairement binaire, et pour exister, dépend des aberrations publiées par la presse traditionnelle. Et vu la quantité, on serait condamné à y consacrer toute notre vie. Désencrasser les « infos-poubelles » déversées sur la vérité semble un combat perdu d’avance. Mais c’est une belle bataille à laquelle nous sommes prêts à contribuer car elle est hygiéniquement nécessaire.

Combiner cette démarche tactique et stratégique est l’essence même de notre proposition pour un autre type de journalisme. Elle se veut inclusive, participative et fédératrice y compris en dehors de nos frontières avec d’autres médias libres. Tout citoyen est potentiellement un bon journaliste… à condition d’être doté d’une méthode, d’une vision critique, d’imagination et pourquoi pas d’humour.

Nous avons besoin d’un système d’information à la fois défensif et offensif qui nous permette de construire une information citoyenne. Les formations que nous donnons chez ZIN TV visent justement à perfectionner et à professionnaliser les citoyens-journalistes. Nous pensons également que la variété des individus formés et des médias consolidés pourront un jour travailler organiquement sur des objectifs communs, et mener à la création d’une sorte d’Agence de Presse Citoyenne. La Permanence Vidéo des Luttes Sociales en est pour l’instant l’antichambre…

Concrètement, il y a des leçons à tirer de l’expérience française d’Acrimed et pour cela nous devons mieux la connaître. ZIN TV propose dès lors d’inviter son fondateur, Henri Maler et Pierre Carles en janvier, février ou mars 2017, des initiatives qui pourraient être menées en collaboration avec Tout Autre Chose si elle le souhaite. Suite à ces rencontres, nous pourrons légitimement nous poser la question d’une articulation possible avec Acrimed France.

On est bien conscient que le démarrage d’un Acrimed belge signifie un processus, et que les questions fondamentales apparaîtront en chemin. Mais vous pouvez compter sur ZIN TV car votre démarche va dans le même sens que la notre et nous sommes les alliés d’un même combat.

Avec nos salutations fraternelles.

Bien à vous

Ronnie Ramirez & Maxime Kouvaras

Pour Zin TV 

 

À propos de l’auteur

Patrick Jonniaux administrator