Archives de catégorie Liège

ParPatrick Jonniaux

FrisKot

banniere friskot

LE PROJET

Sensibiliser différents publics aux inégalités et agir localement en mettant en place une initiative de frigos partagés pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

LUTTER CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE

C’est de cette envie commune de favoriser la mise en place d’alternatives citoyennes et militantes au sein de la ville de Liège et du quartier Saint-Léonard qu’est née l’idée des frigos partagés. Le projet est mis en place et soutenu par la FGTB Liège.

En Wallonie, 23 kg de nourriture sont gaspillés par personne et par an. Outre une perte financière estimée à 174 euros par an par ménage, le gaspillage alimentaire représente 16 % des déchets ménagers.

Face à ce constat, des initiatives de frigos partagés ont vu le jour de Berlin [en savoir plus], à Londres [en savoir plus], en passant par la Belgique [en savoir plus].

POURQUOI UN KOT-À-PROJET JEUNES FGTB ?

Il existe à Liège un problème de qualité des logements étudiants disponibles sur le marché. Alors que l’offre publique de logement pour étudiants est assez peu présente, l’offre privée présente parfois des conditions de logements déplorables : logements vétustes, chers, mal équipés,…

En outre, le phénomène des kots de luxe prend une ampleur considérable. Sauna, salle de fitness, terrasse avec vue panoramique, ces logements de standing aux prix élevés s’inscrivent loin de l’idée d’accessibilité au plus grand nombre que nous souhaitons défendre.

En partenariat avec « les Tournières », coopérative liégeoise d'investissements éthiques et solidaires dans l’immobilier, les Jeunes FGTB veulent promouvoir l’engagement militant et permettre aux futurs étudiant-e-s participant-e-s l’occasion de devenir des acteur-trice-s critiques, solidaires et responsables de la société tout en développant des compétences en parallèle de leurs études (gestion de projet, travail en équipe, insertion dans la vie associative,…)

frigo1-01UN FRIGO PARTAGÉ

Un ou plusieurs frigos accessibles à toutes et tous dans l’espace public ou dans un espace privé rendu ouvert dans lequel chacun peut venir y déposer ses excédents alimentaires ou chercher ce qui lui manque.

Les frigos partagés sont une réponse économique et écologique pour faciliter le partage et l’échange entre habitants du quartier, lutter contre le gaspillage alimentaire et promouvoir des valeurs de solidarité et de vivre-ensemble en sensibilisant aux causes structurelles des inégalités. L’espace au rez-de-chaussée du bâtiment qui abritera les kots pourrait parfaitement se prêter à la mise en place d’un tel projet.

De septembre 2017 à juin 2018, les kotteurs se donneront la mission de mettre en place le projet des frigos partagés et ensuite d’en assurer la gestion de manière autonome.

 

Le site web du friskot...

Le FB du friskot Suivez les.... et partagez..

banniere 25 fevrier

 

ParPatrick Jonniaux

Liège Sans Pub interpelle

liege sans pubUne décision prise à la hâte… pour nier la démocratie !

La Ville de Liège a décidé ce mercredi 24 mai 2017 de signer un nouveau contrat publicitaire par lequel elle s’engage avec la société multinationale JCDecaux jusqu’au 31 décembre 2032.

Cette décision est tombée cinq jours avant l’interpellation citoyenne d’une membre du collectif  « Liège sans pub », prévue de longue date et inscrite à l’ordre du jour du Conseil Communal de ce lundi 29 mai.

Le collectif s’interroge sur l’empressement du Collège, qui annonce sa décision en avance de trois mois sur le calendrier prévisionnel adopté par le Conseil communal du 24 octobre 2016.

Un manque de cohérence sur la démocratie participative et un refus du débat public

« Liège sans pub » a développé ses arguments contre le renouvellement du contrat publicitaire dans un manifeste qui a déjà recueilli plus de 4.000 signatures en ligne sur liegesanspub.be, et un millier supplémentaire via des formulaires mis à disposition dans les commerces et lieux associatifs qui soutiennent l’initiative. Fort de cette mobilisation, le collectif espérait ouvrir un débat au Conseil communal sur la place de la publicité dans l’espace public.

Le collectif interprète l’annonce précipitée de cette décision du collège comme une volonté de couper court à la mobilisation et de mettre en sourdine les arguments du collectif citoyen et des 5.000 signataires.

Des arguments qui cachent mal un choix de société regrettable

Par ailleurs, dans le communiqué publié sur le site de Monsieur le Bourgmestre, les précisions données sur le nouveau contrat vantent une réduction de l’empreinte environnementale, une diminution du nombre de faces de publicité, et une augmentation des recettes pour la Ville. Ces arguments ne convainquent pas et occultent difficilement le choix de société qui vient d’être posé par le Collège communal et qui affectera la vie des liégeois-e-s pour les 15 années à venir.

La réduction de l’empreinte environnementale

La démarche environnementale proposée pour les abris de bus peut être saluée. Toutefois, elle n’empêchera pas que, même recyclé, ce mobilier continuera à servir de support à des messages qui poussent à la surconsommation, au gaspillage et à la destruction de matières premières. Le reconditionnement et la remise en couleur de ces aubettes ne rendront pas moins dérangeante la publicité qui y sera apposée.

La réduction du nombre de faces publicitaires

La réduction du nombre de face publicitaire est présentée comme la concrétisation d’une proposition formulée dans le cadre de « Réinventons Liège » et comme une réponse à une demande de citoyen-ne-s et de plusieurs collectifs. Ceci laisse penser que le Collège serait entré dans un dialogue avec les citoyens concernant la diminution de la publicité en ville. Or, la proposition en question, prévoyant une réduction marginale du nombre de faces publicitaires traditionnelles sans mentionner l’ajout de 20 écrans vidéos LED, a été introduite sur la plateforme « Réinventions Liège » par la Ville elle-même, et correspond exactement aux quantités prévues dans l’appel d’offre. Il ne s’agit donc pas d’un effort consenti suite à dialogue avec les citoyen-ne-s. La diminution ne rencontre pas non plus la demande portée par Liège sans pub.

Par ailleurs, l’arrivée de 20 nouveaux écrans vidéo LED – que le communiqué du Bourgmestre ne mentionne pas non plus – entre en contradiction avec les objectifs de diminution des espaces publicitaires annoncés par la Ville. Loin de diminuer la pression publicitaire, ces panneaux permettent (pour un coût énergétique important) de décupler les affichages avec un pouvoir de captation de l’attention beaucoup plus important.

Il faut également rappeler que la diminution annoncée des faces publicitaires s’accompagne d’une diminution proportionnellement plus importante du nombre de faces dédiées à l’affichage d’intérêt communal et aux plans de ville (respectivement de 150 à 130 et de 80 à 50).

L’augmentation des recettes

Bien que la compensation financière proposée par JCDecaux soit importante, cette attribution acte une augmentation et un prolongement de la dépendance de la Ville de Liège au financement publicitaire. Cette dépendance est regrettable car elle s’étale de nouveau sur 15 ans, elle exercera une contrainte sur les futures majorités communales et elle se justifie difficilement sans une prise en compte sérieuse et étayée de l’ensemble des coûts financiers, sociaux, sanitaires, environnementaux directs ou indirects ainsi que du manque à gagner pour les commerces locaux ou le tourisme.

Cette source financement ne répond pas non plus à un impératif d’équité fiscale. Le Collège ne fait pas participer le secteur de la publicité, il vend l’attention de ses citoyen-ne-s liégeois-e-s (ce que les annonceurs appellent les occasions de voir -ODV- pour quantifier leurs offres) à des annonceurs privés ; car ce sont bien les liégeois-e-s qui sont mis à contribution 24h sur 24, 7 jours sur 7, 365jours par an par la présence de publicité dans l’espace public. Autrement dit, c’est parce que la publicité constitue une pollution visuelle pour ses citoyens que la Ville en tire une compensation financière et matérielle.

Parce qu’il refuse le fatalisme qui s’accommode de la pollution visuelle de multinationales privées pour financer les services publics, le collectif Liège sans pub continuera à porter ses revendications pour un espace public libéré de la publicité et à alimenter le débat pour voir émerger des alternatives.

ParPatrick Jonniaux

Chaine humaine Stop Tihange

stop thiange une-01

Le point de rassemblement pour les proches de Tout Autre Chose est fixé à Oupeye

Notre tronçon est long d’un kilomètre… On compte qu’il faut ±600 personnes… Mobilisons-nous en masse.

Proposition d’action de Sifiane :

Rependre le concept « Porteurs de Paroles » sur la chaîne.

Proposition d’action de Patrick :

Faire chaine solidaire et commune avec HbH qui est invité et prévu sur le tronçon suivant… Ce serait pas mal de faire un tronçon commun de 2 km plutôt que de montrer nos divisions (?) sur 2x 1 km…

 

ParPatrick Jonniaux

STOP Tihange

chaine humaineOn y était…

Une chaîne humaine pour la fermeture immédiate des réacteurs les plus vétustes

Stop-Tihange est une plateforme tri-nationale belge, hollandaise et allemande de citoyens et d’associations anti-nucléaires.
Son objectif : convier les groupes et les individus à former une chaîne humaine le 25 juin prochain de Tihange (Belgique) à Aix-la-Chapelle (Allemagne). Il s’agit de conscientiser, de manière pacifique, citoyenne et familiale, la population et les responsables politiques face au risque de sécurité que représentent, pour la population et le territoire de la Belgique mais aussi d’Europe, les deux réacteurs nucléaires Tihange 2 et Doel 3 dont les cuves sont fissurées. Cette action vise également à mettre les acteurs politiques et industriels face à leurs responsabilités.

Une telle mobilisation est-elle justifiée ?

Des examens par ultrason réalisés entre 2012 et 2014 ont mis à jour des milliers de fissures « dites micro fissures » sur les cuves de ces réacteurs (d’une longueur allant jusqu’à 17,9 cm !). La cuve est un élément fondamental de la sûreté nucléaire. Rappelons que la cuve et l’enceinte de confinement des réacteurs sont les deux éléments qui ne peuvent physiquement pas être remplacés. Malgré toutes ces informations inquiétantes, les deux réacteurs ont été redémarrés fin 2015. Le directeur de l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire, Jan Bens, a même souligné dans une lettre au CEO d’Electrabel (La Libre 16/11/16), “les inquiétudes soulevées par les valeurs alarmantes des probabilités de fusion de cœur » (soit un risque d’accident de type Fukushima ou Tchernobyl). Que le gouvernement belge laisse ces réacteurs en activité est incompréhensible et inacceptable !

Une petite explication sur le vif de Bouli Lanners…

Les sept réacteurs belges ont plus de 30 ans et même 40 ans pour trois d’entre eux : la ligne rouge est franchie !

Les matériaux et les équipements d’une centrale s’usent au cours du temps. Le taux de pannes augmente de façon significative à partir de 25 ans d’âge. Les 20 cm d’acier des parois de la cuve du réacteur accusent l’impact de toutes ces années de contraintes thermiques et de bombardement nucléaire (neutrons) : la cuve est fragilisée et la probabilité de rupture augmente. Conséquence possible : un réacteur hors de contrôle conduisant à la fusion du cœur et à un accident de type Fukushima. Et, malgré les fréquents arrêts d’urgence des réacteurs et l’arrêt simultané de longue durée de trois réacteurs représentant la moitié de la puissance des réacteurs belges (T2, D3 et D4), il n’y a pas eu de pénurie d’électricité en Belgique. Le spectre du « black-out » était-il un enfumage pour pouvoir faire accepter le redémarrage ou la prolongation des centrales vieillissantes (malgré la loi qui prévoyait une sortie du nucléaire en 2015) ?

De plus il n’existe qu’un plan non adapté de protection de la population (confinement et/ou évacuation) en cas de catastrophe ! Toute la Belgique serait touchée mais aussi les pays voisins. Le coût serait porté sur les citoyens car les centrales sont très insuffisamment assurées. La vie et la santé de milliers de personnes sont en danger ainsi que le foyer de millions d’autres.

Chaîne humaine transfrontalière

startseite_about2C’est dans ce contexte que Stop-Tihange a lancé l’idée d’une chaîne humaine de 90 km entre Tihange (Belgique) à Aix-la-Chapelle (Allemagne), en passant par Liège (Belgique) et Maastricht (Pays-Bas). Le dimanche 25 juin 2017 de 14h à 15h, le message porté par les milliers maillons de cette chaîne sera celui de l’arrêt immédiat des réacteurs les plus dangereux de Tihange 2 et Doel 3, associé à la mise en place d’un programme d’investissements accélérés dans les énergies renouvelables, les économies d’énergie et un plan cohérent de reconversion du personnel.

Les participants à cette « réaction en chaîne » seront originaires des trois pays qui protesteront main dans la main pour ce but commun. Avec cette Chaîne humaine regroupant un grand nombre de citoyens, il s’agira de donner un signal visible et fort pour supprimer la menace qui pèse sur des millions de personnes en Europe. Il est plus que temps d’agir ! Ce n’est qu’ensemble que cette Chaîne humaine deviendra réalité. Inscrivez-vous seul ou en groupe sans plus attendre ! Parlez-en à vos amis à vos voisins. On compte sur vous car chaque mètre compte !

Infos et inscriptions :

www.chain-reaction-tihange.eu/fr/participe/
www.facebook.com/StopTihange/?fref=ts
www.facebook.com/events/677660085773063/

Sources :

www.findunucleaire.be/
www.stop-tihange.org
www.reaction-en-chaine-tihange.eu
www.lalibre.be

Pour tout soutien financier :

Fin du Nucléaire – IBAN : BE55 0689 3115 3244 – communication Chaîne Humaine

ParPatrick Jonniaux

Liège sans pub !

Publicités intrusives…

liege sans pubLiège Sans Pub, comme son nom l’indique, est un collectif qui mène une campagne contre les publicités intrusives dans la ville de Liège.
Nous parlons de publicités intrusives car elles apparaissent partout et nous n’avons d’autre choix que de vivre avec. Elles sont sexistes, poussent à la consommation, nuisent à la santé, enlaidissent nos villes, les encombrent…

La question, dès lors, est la suivante: est-ce que nous n’avons vraiment pas le choix ?

Et bien, la réponse est que, cette année, nous avons justement la possibilité de changer cela !

Cet été, l’entreprise JCDecaux, responsable des 950 publicités qui noient la ville, a pour objectif de renouveler son contrat avec la ville de Liège pour une durée de 15 ans.

Le collectif Liège Sans Pub s’est donc engagé à interpeller la Ville afin que cette signature n’ait pas lieu. Il est plus que temps de se réapproprier l’espace public, en cessant avec cette publicité qui n’apporte que des choses néfastes !

Cette lutte se passe déjà à Liège mais il est plus que temps que ce mouvement s’étende à d’autres villes belges !

 

Ma ville c’est pas une PUB elle

SIGNEZ le manifeste pour soutenir Liège Sans Pub et pour vous informer des différentes conséquences de la publicité en ville : www.liegesanspub.be

ParPatrick Jonniaux

La Syrie, une Tout Autre Culture !

La Syrie, une Tout Autre Culture !

journée syrie liege

Cet événement festif, organisé par Tout Autre Chose Liège, est une invitation à découvrir la culture syrienne et à vous laisser surprendre par la beauté de son peuple, de ses paysages, de sa langue, par la diversité de ses chants, ses mets, ses contes,… Par ses richesses humaines avant tout !

Une occasion unique de passer un après-midi chaleureux durant lequel vous pourrez rencontrer des artistes, artisans, conteurs, musiciens, citoyens syriens, qui partageront avec vous un peu de leur histoire autour d’un thé et au son des plus beaux airs de leur pays. Ahmed Hany Mahfoud, maître calligraphe, proposera également de calligraphier vos prénoms en arabe !

Des associations, actives sur le terrain, seront également présentes pour répondre à vos questions et proposer, à ceux qui le souhaitent, des actions de soutien.

Avec le précieux soutien de « Les Brasseurs, art contemporain ».

Entrée libre

Plus d’infos ici…

ParPatrick Jonniaux

Liège contre le « Service Communautaire »

liege loi borsus cpas

Ce lundi 19 décembre 2016, la locale liégeoise de TAC était présente au rassemblement contre ce qu’on appelle « le service communautaire ».

Il s’agit d’un travail non rémunéré à effectuer par les bénéficiaires du CPAS, dans le cadre de la Loi Borsus et de son PIIS (Projet Individualisé d’Intégration Sociale). Lisez à ce sujet l’article de Sébastien Gratoir.

Tac-Liège soutient que ce type de mesure est contraire à de nombreuses balises portées par le mouvement qui agit pour une société plus solidaire, juste, égalitaire, émancipatrice et réjouissante.

Ce service communautaire représente une pression supplémentaire pour les bénéficiaires sociaux, et une attaque sur l’emploi en général.

Heureusement, la Loi Borsus consacre explicitement le caractère facultatif de ce Service communautaire, pour les CPAS.

Une série d’associations s’étaient donc données rendez-vous devant l’entrée de l’Hôtel de Ville de Liège pour accueillir les élus lors de la la réunion commune du Conseil communal et du Conseil du CPAS.liege loi borsus cpas

Ils ont clairement été invités à prendre une position ferme et non limitée dans le temps contre cette mesure.