Archives de catégorie Locales

ParPatrick Jonniaux

Non à un nouveau centre fermé…

charleroi_citoyens_solidaires

Espérer une vie meilleure n’est pas un délit!

Rejoignez notre action ce dimanche 30 septembre. Pour refuser la construction de nouveaux centres fermés, à Jumet et ailleurs. Pour promouvoir la solidarité avec celles et ceux qui ont fui la guerre, la misère ou l’oppression dans l’espoir d’une vie meilleure.

Au programme: Rassemblement et marche solidaires, prises de parole, slam, musique, graffs et théâtre action.

Le gouvernement fédéral affirme vouloir une politique d’accueil des migrants «ferme mais humaine». En même temps qu’il veut réduire le nombre de places d’accueil pour les demandeurs d’asile, il annonce sa volonté de construire trois nouveaux centres fermés pour étrangers. On voit la fermeté… mais où est l'humanité?

L’un de ces centres fermés verrait le jour à Jumet, près de l’aéroport. Avec une capacité de 200 places, il serait le plus grand de Wallonie. Interpellé.e.s par les conditions de vie infra-humaines imposées aux sans-papiers, des citoyens et des citoyennes se mobilisent:

Pour dire NON à l’enfermement
Pour dire OUI à la justice et à la solidarité
Pour dire STOP à la criminalisation des migrants toujours plus affirmée par le gouvernement fédéral

Contactez-nous, rejoignez-nous!

Contact: SolidariteCharleroiMigrants@gmail.com

Sur FB

Rassemblement Station de métro "Madeleine" à Jumet (Charleroi) le 30 septembre à partir de 14 heures.

AVEC LE SOUTIEN DE :

FGTB Charleroi-Sud-Hainaut, MOC-CIEP Charleroi-Thuin, CSC Charleroi-Sambre & Meuse, Marche des migrants de la région du Centre, Gauche anticapitaliste, Groupe montois de soutien aux sans-papiers, CNCD-11.11.11, Tout autre chose, Hart boven Hard, Humans Welcome, ...

ParPatrick Jonniaux

FrisKot

banniere friskot

LE PROJET

Sensibiliser différents publics aux inégalités et agir localement en mettant en place une initiative de frigos partagés pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

LUTTER CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE

C’est de cette envie commune de favoriser la mise en place d’alternatives citoyennes et militantes au sein de la ville de Liège et du quartier Saint-Léonard qu’est née l’idée des frigos partagés. Le projet est mis en place et soutenu par la FGTB Liège.

En Wallonie, 23 kg de nourriture sont gaspillés par personne et par an. Outre une perte financière estimée à 174 euros par an par ménage, le gaspillage alimentaire représente 16 % des déchets ménagers.

Face à ce constat, des initiatives de frigos partagés ont vu le jour de Berlin [en savoir plus], à Londres [en savoir plus], en passant par la Belgique [en savoir plus].

POURQUOI UN KOT-À-PROJET JEUNES FGTB ?

Il existe à Liège un problème de qualité des logements étudiants disponibles sur le marché. Alors que l’offre publique de logement pour étudiants est assez peu présente, l’offre privée présente parfois des conditions de logements déplorables : logements vétustes, chers, mal équipés,…

En outre, le phénomène des kots de luxe prend une ampleur considérable. Sauna, salle de fitness, terrasse avec vue panoramique, ces logements de standing aux prix élevés s’inscrivent loin de l’idée d’accessibilité au plus grand nombre que nous souhaitons défendre.

En partenariat avec « les Tournières », coopérative liégeoise d'investissements éthiques et solidaires dans l’immobilier, les Jeunes FGTB veulent promouvoir l’engagement militant et permettre aux futurs étudiant-e-s participant-e-s l’occasion de devenir des acteur-trice-s critiques, solidaires et responsables de la société tout en développant des compétences en parallèle de leurs études (gestion de projet, travail en équipe, insertion dans la vie associative,…)

frigo1-01UN FRIGO PARTAGÉ

Un ou plusieurs frigos accessibles à toutes et tous dans l’espace public ou dans un espace privé rendu ouvert dans lequel chacun peut venir y déposer ses excédents alimentaires ou chercher ce qui lui manque.

Les frigos partagés sont une réponse économique et écologique pour faciliter le partage et l’échange entre habitants du quartier, lutter contre le gaspillage alimentaire et promouvoir des valeurs de solidarité et de vivre-ensemble en sensibilisant aux causes structurelles des inégalités. L’espace au rez-de-chaussée du bâtiment qui abritera les kots pourrait parfaitement se prêter à la mise en place d’un tel projet.

De septembre 2017 à juin 2018, les kotteurs se donneront la mission de mettre en place le projet des frigos partagés et ensuite d’en assurer la gestion de manière autonome.

 

Le site web du friskot...

Le FB du friskot Suivez les.... et partagez..

banniere 25 fevrier

 

Parbastien toune

Des fleurs sur Watermael-Boisfort

Ça faisait un moment qu’on tournait autour, qu’Anne nous disait que « Tout Autre Chose », ça pouvait se décliner de 100.000 façons, de la plus colère à la plus poétique, de la plus vindicative à la plus souriante ; qu’en fait, beaucoup de choses pouvaient être tout autre, et qu’il ne tenait qu’à nous. Et elle nous proposait de simplement offrir des fleurs.

Les autres membres de la locale y pensaient, puis oubliaient. Anne n’oubliait pas, elle revenait régulièrement avec son idée.

Alors on l’a fait. Et ça a donné la vidéo que voici :

ParLocale de Saint-Gilles

« Ce que j’aime dans les villes, ce sont les arbres qu’elles contiennent »

Ce que j’aime dans les villes, ce sont les arbres qu’elles contiennent.

Jean Giono

 

Aux nombreux arbres abattus, fin septembre, square Jacques Franck,

A l’incompréhension, l’émoi, la colère des habitants,

Nous avons voulu proposer « L’Homme qui plantait des arbres » de Jean Giono, interprété par Luc Vandermaelen.

Une histoire sublime, un beau moment partagé et l’occasion également de débattre des projets de la Commune, des sentiments et des envies des habitants. C’était jeudi dernier, 19 octobre.

 

IMG_2409_light

 

Catherine nous raconte :

« Un reportage de la RTBF m’apprend ce jour-là que cinquante-quatre arbres ont été abattus au square Jacques Franck à Saint-Gilles. Cinquante-quatre, ça fait beaucoup. C’est pourtant le chiffre officiel.

Le reportage poursuit par les explications de l’échevine : «Il s’agit de travaux prévus suite à un contrat de quartier, septante arbres seront replantés, des bancs vont être installés, les gens ont besoin de se parler, etc. » Mais le reportage a aussi visité les appartements des logements sociaux du lieu et montre leur état tout en faisant résonner l’appel de locataires : « Que l’on s’occupe d’abord de nos logements ! ».

Donc, si je comprends bien, le projet est, d’une part, de laisser s’asphyxier tout un quartier le temps que les nouveaux arbres plantés arrivent à maturité et, d’autre part, que les riverains puissent s’asseoir sur des bancs (sans dossier, je l’ai appris par la suite) pour discuter entre générations de la moisissure dans leurs appartements.

Entre colère et tristesse, je ne peux rester sans réaction.

Je contacte aussitôt Luc (l’ami comédien de la locale à Watermael-Boisfort) qui interprète depuis plusieurs années le texte de Jean Giono « L’homme qui plantait des arbres ». S’ensuit une petite organisation discrète avec la locale de Saint-Gilles, des habitants et le café La Licorne (merci à eux). Le jeudi 19 octobre, à 17h, armés de chaises des gens du « bas » et du « haut » de la commune – même d’autres communes – se retrouvent au centre du square (dans le jargon politique on appelle cela faire de la cohésion sociale).

Luc joue « l’homme qui plantait des arbres ». Un petit quelque chose de particulier se passe…

Après la représentation, Béatrice déplie les plans des travaux prévus autour desquels on se rassemble. D’autres habitants viennent nous rejoindre. S’expriment ainsi les incompréhensions, les plaintes, les besoins, les découragements et surtout le sentiment de ne pas être pris en compte…

Quand Ibrahim me raconte comment les racines des arbres ont été extraites, je suis très touchée. Il me dit : « Ça fait mal à voir ! ». Moi aussi, ça me fait mal, car les arbres, ils accompagnent nos vie tous les jours. Notre respiration, c’est eux !

Nous décidons alors d’aller ensemble au Conseil communal ce jeudi 26 octobre pour faire entendre la voix des habitants du quartier.

C’est sûr que nous ne pourrons pas faire repousser les arbres, ils sont déjà morts. Mais, ce que j’espère, c’est que, de leur mort, germera de nouvelles initiatives, de nouvelles rencontres, de nouveaux engagements… Des graines de TOUTES AUTRES CHOSES ! »

 

Ce jeudi 26 octobre, l’histoire continue à la Commune avec une interpellation citoyenne à propos des travaux prévus square Jacques Franck.

Rendez-vous est donné à 19h au square Jacques Franck (local de la cohésion sociale, au pied de la Tour II), pour aller ensemble au conseil communal.

 

ParLocale Forest

Se loger / Rehabiter à Forest : de la bibliothèque communale à l’hôtel 5 étoiles

Il y a des logements vides … et il y a des gens qui cherchent un logement. Absurde n’est-ce pas ?
Il y a des logements vides : mais combien, et où ? Alors il y a des gens qui les ont recensés.
Parce qu’il y a un réel besoin, parce qu’il y a des gens qui vivent dans les rues… ou qui risquent de bientôt s’y retrouver, parce que les loyers sont trop chers, les salaires trop bas, le travail trop rare, les logements sociaux en pénurie, les centre d’accueil surchargés, les papiers et garanties demandés de plus en plus nombreux…
Parce qu’il y a une loi aussi, qui dit qu’un propriétaire qui laisse un logement vide doit payer une taxe… Mais que cette loi n’est pas très strictement appliquée… Alors qu’on crée d’autres lois pour punir plus durement ceux qui occupent les logement vides! Absurde n’est-ce pas?
Pourtant, il y a d’autres alternatives que de payer la taxe : Communa qui permet d’occuper temporairement un lieu tout à fait légalement, Renovassistance qui rénove les bâtiments, les AIS qui louent des logements pour des personnes en situation précaires tout en garantissant le revenu au propriétaire (parce que oui, il y a des propriétaires qui sont aussi dans la galère, pas que les locataires…)

Des petites briques qui construisent de grands espoirs

Tout cela, c’était au coeur de la journée du 8 octobre 2017 que nous avons organisée à Forest au Ten Weyngaert. C’étaient les briques qui se sont assemblées au fur et à mesure de la préparation, des rencontres, des réflexions, des enjeux de terrain… A Forest, mais aussi au sein de la régionale bruxelloise. Et l’édifice est encore toujours en construction.

Quand l’urgence dicte l’action

Tout Autre Chose Saint-Gilles a mené des actions pour recenser les logements et même interpeller la commune sur l’utilisation de l’argent récolté par les taxes. Pour Tout Autre Chose Forest, c’est différent, c’était un besoin pressant qui a conduit un petit groupe s’inspirer de l’exemple de St Gilles : un groupes d’Afghans qui occupe l’ancienne bibliothèque de Forest (avec le soutien de Renovassistance) doit bientôt quitter les lieux, puisque les travaux de rénovation vont commencer. En un an, ils ont leurs marques dans le quartier, et leurs tables d’hôtes ont fédéré de nombreux voisins… Si les logements vides existent, il n’est pas simple de contacter leurs propriétaires! Sans compter que certains lieux sont déjà squattés.

  • un échange d’expériences et de témoignages a clôturé la journée, rassemblant divers acteurs actifs sur le terrain du logement : Une Maison en Plus, le Cairn, le CPAS, Bras dessus bras dessous…et bien des citoyens. 22310434_1302193179893015_2937069200465609651_n
  • Après le lunch (merci pour la soupe, Femma!), suite à la projection de leur film « Le parti du rêve de logement » les membres du groupe ALARM de la Maison de Quartier Bonnevie ont témoigné de leur parcours difficile, mais aussi de la force qu’ils ont trouvé pour s’en sortir : grâce au soutien de l’association ils ont repris confiance en eux et pu exploiter les recours légaux existants. Le rôle des association de quartier est crucial pour ceux qui s’imaginent seul au monde face à leurs problèmes. 22282101_1302192969893036_2770581640102396716_n

Propriétaires et locataires : même combat ?

Pour ceux qui ont un logement, tout n’est pas rose pour eux non plus. Qu’ils soient locataires, mais aussi propriétaires. Quelles sont les difficultés rencontrées? Loyers trop chers vs loyers impayés? situation précaire vs garanties nécessaires ? Concurrence effrénée, discrimination, arnaques, insalubrité … : les obstacles sont nombreux pour les locataires. D’un autre côté, tous les propriétaires ne sont pas dans le même bateau : le propriétaire qui loue son bien pour rembourser son prêt n’est-il pas plus éloigné de la situation du propriétaire qui fait de la spéculation que de celle de son locataire ? Et en cas de dégâts : qui paye la facture ?

Des enjeux citoyens et politiques

Ou se situent les problèmes alors ? Comme le disent les jeunes en clôturant la pièce : « ce n’est pas la faute au proprio, c’est plus compliqué ». Derrière les problèmes de logement, il y a la politique de logement. Le logement est un droit pour tous, mais pour assurer ce droit, il faut faire des choix. Préserver un espace vert ou y construire un logement social ? Laisser des squatteurs s’installer ou protéger la propriété privée? N’oublions pas que si les effets sont immédiats dans un secteur, les coûts peuvent se répercuter ailleurs pour la société (l’insalubrité affecte la santé, le manque d’emplois impacte la demande en logement sociaux…) Et puis, il existe de alternatives : pourquoi ne pas les promouvoir ?

  • En fin de matinée, petite mise en situation ludique et dynamique : un débat mouvant. Face à une situation concernant le logement, quelle serait votre réaction ? Pour ou contre? Et au-delà de la première impulsion, lorsque vous aurez plus d’informations, changerez-vous d’opinion? Quels arguments mettrez-vous en avant? Et à quels arguments serez-vous sensibles ?22366555_1302192789893054_4438841822684448744_n
  • Aux murs, une BD met à plat le contexte de la loi anti-squat, votée quelques jours plus tôt, qui durci la répression alors qu’il y aurait tant à faire pour promouvoir des alternatives constructives

 

Et ce n’est pas fini…

C’est pas l’hôtel 5 étoiles ici!

C’est le nom de l’expo photo visible lors de la journée, et encore jusqu’au 9/11 au Ten Weyngaert (merci pour l’accueil!). Florence Detienne & Sarah Verlaine vous proposent de dépasser les clichés pour rencontrer l’histoire et les visages de ceux qui sont à la rue, ceux qu’on croise tous les jours mais qu’on ne voit pas.

22007915_10155278213832800_7991822125450306146_n

Rendre visible l’invisible

C’est le propos des trois marches à Bruxelles proposées par la Fédération des services sociaux lors de la journée mondiale de la lutte contre la pauvreté, le 17 octobre.

 

 

ParPatrick Jonniaux

Ensemble contre la pauvreté

Ensemble contre la pauvreté

Singature_oct_2017

Dans le cadre de la Journée Internationale de Lutte contre le Pauvreté, la locale Tout Autre Chose de Namur sera présente à la journée de manifestation organisée par le Réseau Wallon de Lutte contre le Pauvreté.

Il est important que le 17 octobre 2017 soit la date où nous nous rassemblions pour faire converger nos expériences, nos analyses, nos combats.

Le 17 octobre 2017, nous marcherons. Et vous ?

Cette année marque le 25e anniversaire de la déclaration de l’Assemblée générale des Nations Unies qui a fait du 17 octobre la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté. Cette année marque également le 30e anniversaire de l’appel à l’action du Père Joseph Wresinski, qui a inspiré cette Journée internationale du 17 octobre.

Venez nous y rejoindre…

A Bruxelles, un grand rassemblement aura lieu aussi… voir infos ici

ParPatrick Jonniaux

Namurmure

logoNamurmure

Les murmures des foules tonitruent sans qu’on les entende.
Les murmures révoltés et secoués courent sur les pavés d’en bas et résonnent sur les  murs mais les fenêtres d’en haut restent closes et nul ne les écoute

Les murmures des foules clamés par les groupes restent comme des chœurs isolés et chacun reste sourd aux clameurs des autres. Les murmures s’entrechoquent comme les galets roulés par les vagues.
Leurs chants déchirés restent trop souvent ignorés.

C’est pourquoi nous appelons à nous entendre, à écouter les murmures des voisins, à se murmurer nos désirs aux oreilles les uns des autres, à nous rencontrer pour nous découvrir les yeux dans les yeux.
A entendre nos voix et non à guetter laborieusement nos chuchotements.

Namur murmure, ce sont vos murmures, ceux des foules qu’on entend pas.

Faisons-nous entendre. Que chacun de nos murmures soit entendu et partagé.
Par nous même d’abord.

Dans le parc Léopold, le samedi 9 septembre de 11 à 16 heures.

 

Téléchargez l’affiche de l’événement…

Rassemblement citoyen pour partager nos envies à Namur, sur Namur, de Namur, dans Namur, pour Namur…

Vous désirez participer en tant que comité de quartier ou groupe citoyen, contactez nous.

Raphaël André ou Patrick Jonniaux

ParPatrick Jonniaux

Le business du BIO

a_quel_label_bio_se_fier_detailLe « bio » : responsable, éthique et local
ou création d’un nouveau business ?

Aujourd’hui le bio a le vent en poupe. Les magasins spécialisés en bio poussent comme des champignons et on retrouve facilement des produits labellisés dans nos grandes surfaces. Cependant, toutes les sphères bio ne se valent pas. A Corbais, un projet de construction d’un bio-planet (Colruyt) soulève beaucoup de critiques des acteurs locaux du bio.

Y aurait-il une différence entre un « bio industriel » et un « bio éthique et local » ?

Dans un marché alimentaire encore largement dominé par les grandes surfaces, les voix de petits producteurs, militants et consommateurs s’élèvent pour dénoncer la dérive des produits « bio ». A l’origine, la certification bio fut créée selon des valeurs paysannes de respect de la nature, solidarité entre producteur, proximité, diversité des cultures et des élevages, juste prix, etc.

Cependant, il est à présent facile d’observer la fracture entre ces valeurs et la réalité des produits bio présents dans les étalages des grandes surfaces : suremballage, provenance lointaine des produits, etc. Chaque consommateur peut observer clairement un manque de cohérence entre le « bio industriel » et les valeurs environnementales et éthiques qu’ils se disent respecter.

La grande distribution achète des produits qui ont fait le tour du monde pour arriver dans l’assiette du consommateur.

« La grande distribution achète des produits qui ont fait le tour du monde pour arriver dans l’assiette du consommateur. Ce n’est pas cohérent sur un plan environnemental, mais aussi social, parce qu’en général c’est fait sur le dos de gens qui sont payés moins de 2€ par jour à l’autre bout de la planète. », explique le directeur de Biocoop, Claude Gruffat.

Il semble clair que le marché du bio migre de plus en plus vers un « bio business» industriel, mécanisé et standardisé. En effet, pour répondre à une demande croissante de produits qui n’ont de « bio » que le nom, les procédés de l’agriculture conventionnelle sont de plus en plus souvent appliqués au bio : mécanisation accrue des exploitations, pression pour la standardisation des produits, … Depuis sa création en 1999, le label européen bio ne fait qu’assouplir ses critères au lieu de les rendre de plus en plus exigeants. En effet, au lieu d’évoluer vers un progrès pour un respect de plus en plus accru de la nature et de l’environnement, les critères bio européens sont nivelés par le bas et autorisent de plus en plus de types d’intrants et de traitements. Par exemple, aujourd’hui 0,9% d’OGM sont autorisés dans les produits labellisés bio.

Un prix toujours plus bas. Oui mais a quel prix?

Il est vrai qu’un supermarché bio tel que le Bio-Planet peut paraître très attrayant au vu des prix bas qu’il propose. Cependant, le prix le plus bas n’est pas le prix le plus juste pour le producteur. La pression sur les prix amenée par la grande distribution érode les exigences du bio mais pousse également le producteur à vendre ses produits toujours moins cher.

Qu’il soit producteur local ou producteur d’ailleurs, le combat est similaire. La réalité rurale au Nord comme au Sud révèle aujourd’hui que les agriculteurs gagnent à peine suffisamment pour pouvoir vivre de leurs activités. Par exemple, lorsque la tomate est à 2 euros le kilo en supermarché, le producteur n’en touchera finalement que la moitié et ce prix doit payer non seulement la cueillette mais également son travail de toute l’année (plantation, soin, bouturage, etc.).

Un agriculteur peut-il vivre décemment en vendant ses tomates à ce prix ?

Il convient de se poser la question : « Un agriculteur peut-il vivre décemment en vendant ses tomates à ce prix ? » Beaucoup de producteurs de nos régions survivent grâce à des subsides de la région ou des aides de la PAC . Il est aberrant de réaliser que cette population nourrit la planète entière mais que le système de consommation dans lequel nous vivons ne leur donne pas la capacité de vivre décemment ! En suivant les principes d’un commerce équitable et d’une économie sociale et solidaire, les supermarchés bio devraient entrer dans le combat du prix le plus juste et non du prix le plus bas.

Aujourd’hui, il y a donc bel et bien une différence entre un « bio industriel » et un « bio éthique et local ». On connaissait déjà le « greenwashing », le consommateur doit à présent être vigilant pour ne pas rentrer dans le piège du « biowashing ».

C’est principalement pour ces raisons et pour bien d’autres que Tout Autre Chose veut soutenir l’initiative des acteurs locaux de Corbais contre l’implantation d’un Bio-Planet dans leur village. Non seulement parce que l’offre en produit bio est largement suffisante dans la région mais aussi parce que le mouvement soutient les producteurs locaux qu’ils soient labellisés bio ou non. Il nous semble urgent de soutenir ceux et celles qui nous nourrissent depuis des centaines d’années. Le mouvement vous encourage donc à manger local et de saison, à favoriser les circuits courts, à trouver les agriculteurs qui vendent sur vos marchés ou directement à la ferme près de chez vous mais également à signer la pétition en ligne pour une diversité du bio local.

 

Maïté Vandoorne
Employée dans l’alimentaire
Membre de la locale de Tout Autre Chose Louvain-la-Neuve

ParPatrick Jonniaux

L’ONE fixe trop de règles

Réveillons-nous, bordel ! On nous mène par le bout du nez !

Nous étions responsables

Nous étions responsables d’un lieu d’accueil alternatif de la petite enfance depuis plus de 28 ans.

Nous étions soutenues et encouragées par les responsables de l’ONE, qui trouvaient l’idée originale et pertinente. Ils n’avaient pas, à l’époque, réponse à tout, et permettaient les différences.

Nous étions parrainées par une association en lien avec l’ONEM visant à faciliter la création d’emploi.

Pendant ces années, nous avons vécu harmonieusement notre travail, grâce au soutien de ces différentes instances, pour notre bonheur, pour celui des enfants que nous accueillions, et de leurs parents qui y trouvaient un cadre en accord avec leurs valeurs. Une sorte de « Tout autre chose » avant la lettre ?

Aujourd’hui, nous n’avons plus la responsabilité de quoi que ce soit.  Deux fois rien, non ? Une crèche qui ferme ses portes, et puis ? Et puis ? C’est une manière d’être au monde qui est battue en brèche, et une manière qu’a le monde d’être à nous qui se joue. C’est de ça qu’il est question.

Entendons-nous : Il y a eu, pendant ces 28 ans, bien des remises en question. Et nous étions d’accord. La collaboration était fructueuse. Mais depuis deux ans le vent tourne. Depuis deux ans la pression augmente. L’accueil de la petite enfance, a fortiori alternative, est devenu un parcours du combattant.

Mais peut-être ne sommes-nous plus nécessaires ?

Il semble pourtant bien que oui. Et il nous semble que nous le sommes pour des raisons essentielles :

  • Nous n’avons jamais été autant interpellées par le public, les familles d’un quartier en mutation, des parents en burnout familial. Des parents qui ne trouvent plus de place pour leur enfant, parce qu’ils ne rencontrent pas de lieu d’accueil correspondant à leurs convictions, leurs besoins, voire, pour certains, leur survie.
  • Quelle structure pour les accueillir ? Où vont-ils être entendus et aidés ? Où vont-ils trouver un lieu qui peut accueillir leur enfant en leur offrant l’assurance d’être respectés dans leurs convictions ?
  • Nous sommes en première ligne à tous niveaux : Des parents de plus en plus nombreux s’interrogent, quel monde transmettent-ils à leurs enfants ? Et ils tentent de s’informer, réfléchissent sur les vaccins, la nourriture, l’écologie, l’éthique politique… Notre accueil se voulait un accueil complet : accueil des enfants, et des parents avec tous leurs questionnements. Chaque personne était une, unique, et reconnue dans son unicité. Et tous, parents comme accueillants, avions pleine conscience de nos choix, de nos tâtonnements et de nos responsabilités.

Mais, nous l’avons déjà dit, on veut que nous ne soyons plus responsables de rien. Nous ne sommes plus responsables de notre lieu d’accueil, et si nous l’étions encore, nous ne serions plus responsables de nos choix éthiques et moraux, nous serions réduits au rôle d’exécutantes serviles. ET C’EST VRAIMENT DE CELA dont il est question ici.

wrong way-one way - CopieReprenons :

Pouvons-nous admettre qu’on nous dise, en tout et pour tout, ce qu’il faut faire, même quand ce qu’il faut faire ne nous agrée pas ?

Pouvons-nous admettre que de plus en plus on en revient à « Je ne veux voir qu’une seule tête » ?

Pouvons-nous admettre de n’être, ici aussi, plus des citoyens, mais des consommateurs sans conscience ?

« L’ONE fixe trop de règles. On est des exécutants, obligés d’accepter les règles, même quand elles vont à l’encontre de ce que l’on pense. »

Nous ne l’admettons pas. Oh, nous ne sommes pas de doux rêveurs, nous n’attendons pas le grand soir pour demain matin, nous voulons simplement que restent ouverts des lieux qui accueillent ceux qui entrent dans la vie en offrant une souplesse, un droit au respect des convictions de chacun.

Mais ce droit-là bafoué dans l’accueil des tous petits, nous en sommes convaincues, c’est le début de la longue marche vers l’obscurantisme à tous les niveaux (phagocytez-moi tout ça dès le départ, ça facilitera la suite).

C’est ce combat-là qui nous et vous importe. C’est ce dire-là que nous martelons, que nous martèlerons encore et encore.